Les grands bains

Hautes-Alpes : La déviation de La Roche de Rame ? "Oui mais pas n'importe laquelle" précise le président de l'association

Hautes-Alpes : La déviation de La Roche de Rame : un véritable serpent de mer, qui refait parler de lui. Une association vient de se créer pour essayer de peser sur le débat public et favoriser la réalisation de ce tronçon. Un enjeu de sécurité publique, selon les responsables de l'association, qui revendiquent de nombreuses adhésions et surtout désormais un véritable soutien politique. Alors, la déviation oui, mais pas à n'importe quel prix, selon Jean-François Albrand, président de l'association pour La Déviation de La Roche de Rame.

Dimanche soir avait lieu la première réunion d’informations de l’association Déviation-LRDR. Cette réunion s’est déroulée à la salle polyvalente de La Roche de Rame en présence de Michel Frison, maire de la commune, Jean-Robert Richard, premier adjoint, Jean-François Albrand, conseiller municipal, ainsi que de Marie-Noëlle Disdier et Jean Conreaux, conseillers départementaux. Une cinquantaine de personnes était présente. L'association appuiera tout projet dont le tracé sera "situé à l’ouest de l’actuelle voie ferrée ou à la place de celle-ci et s'oppose à la solution alternative qui consisterait à aménager la nationale 94". À ce jour, alors que l’association vient tout juste d’être créée, elle compte 330 adhérents, le but étant d’atteindre les 5000, objectif réalisable avec la participation de tous et les différentes actions qui seront menées par l’association, comme sa présence au vide-grenier du 12 juillet et celle prévue le 9 août. Le plus difficile étant bien sûr de tenir dans la durée, puisque c’est une vision à 10 ans qu’il faut avoir. L’association prévoit de rencontrer tous les élus, locaux dans un premier temps (maires, conseillers départementaux), puis régionaux (Préfet de Région, conseillers régionaux). Jean Conreaux propose que l’association rencontre le Président du Conseil Départemental lors de sa visite à La Roche de Rame le 27 juillet.

Une question est posée sur le tracé envisagé par l’association, il est indiqué que l’association ne propose pas de tracé et rappelle une nouvelle fois ce qu’elle souhaite et surtout ce qu’elle ne veut pas. Il appartient aux services de l’état de faire ses propositions de tracé ; toutefois Jeff indique que l’état pourra faire l’économie des études qui consisteraient à aménager la traversée du village, puisque celles-ci ne seraient pas acceptées par l’association.
Une autre personne demande quelles sont les raisons des échecs du passé. Michel Frison a fait un bref historique du projet de la déviation, qui devait être mise en service en 2006. La déviation devait se situer à la place de l’actuelle voie ferrée et celle-ci devait être déplacée vers l’ouest, cependant si RFF avait accepté son déplacement, ce financement n’aurait pas été prévu par les services de l’état ; de plus la DDE avait proposé des modifications des raccordements Nord et Sud, modifications non acceptées par la municipalité.

Jean Conreaux a indiqué que le conseil départemental aidera à l’inscription de la déviation. Inscription, qui selon Jean-Robert Richard, pourrait se faire au prochain plan État/Région 2015/2020. Un rendez-vous avec le Préfet de Région est d’ailleurs prévu dans les prochaines semaines. Les élus présents insistent sur le fait qu’il faudra être patient mais qu’il est prématuré de parler de projet idéal. Néanmoins, un consensus est dores et déjà trouvé entre l’association et les élus locaux pour faire inscrire la déviation en étude.

Une action de mobilisation est prévue le vendredi 31 juillet prochain de 10h30 à 11h30 sur la nouvelle terrasse du bar Le Central pour un pot d’accueil. Les membres de l'association sensibiliseront les automobilistes à la nécessité de cette déviation.

Hautes-Alpes
La Roche de Rame
déviation