HOME_PAGE_EDSB-2018_V4.jpg

Hautes-Alpes: revivez l'inauguration du téléphérique du Pic de Bure en vidéo

Il est officiellement inauguré. Le nouveau téléphérique du Pic de Bure sur la commune du Dévoluy. Cette nouvelle installation de l’IRAM, l’Institut de Radioastronomie Millimétrique, facilite l’accès à l’observatoire Noema. Quatre kilomètres de long. 1.061 mètres de dénivelé. Et la possibilité de pouvoir transporter quinze personnes en cabine plus 6.000 kg pour le véhicule matériel. Un téléphérique impressionnant pour un travail qui l’est tout autant. Noema est le radiotélescope millimétrique le plus puissant de l’hémisphère Nord. Les antennes de 15 mètres de diamètre présents sur le plateau permettent, selon les responsables de l’IRAM, d’observer l’Univers invisible.

Mais l’inauguration d’aujourd’hui avait forcément, une saveur particulière. Le 1er juillet 1999, 20 personnes ont perdu la vie suite à la chute d’une cabine du téléphérique du Pic de Bure. Un drame qui a marqué à jamais l’histoire du territoire des Hautes-Alpes et du Dévoluy. Présent sur les lieux de la catastrophe à l’époque, l’ancien maire du Dévoluy et actuel Président du Conseil Départemental des Hautes-Alpes,  Jean-Marie Bernard, n’a rien oublié. Au moment de son discours aujourd’hui, il n’a pas réussi à retenir ses larmes.

Interrogé juste après la cérémonie, Jean-Marie Bernard était encore ému. Mais pour le Président du Conseil Départemental, il faut maintenant penser à demain.

Même sentiment, du côté de la Maire du Dévoluy, Jacqueline Puget. Personne ne peut oublier la catastrophe du Pic de Bure. Mais l’observatoire Noema et les projets de l’Iram sont essentiels pour le Dévoluy et les Hautes-Alpes.

L’inauguration du nouveau téléphérique s’est donc terminée par des applaudissements et les invités ont pu ensuite monter sur le Plateau de Bure pour être au plus près des étoiles. Le temps s’est couvert en fin de cérémonie. Les nuages flottaient au dessus de cette structure immense mais aussi près du Monument dressé à quelques mètres de là, en hommage aux vingt victimes. Les larmes et l’Avenir ont été les maîtres- mots de cette journée attendue et à la fois redoutée dans le Dévoluy.

Le reportage de Valentin Doyen:*

Gap