HOME_PAGE_EDSB-2018_V4.jpg

Alpes de Haute-Provence : Bernard Guérin, nouveau préfet du 04 à partir du 1er janvier

Alpes de Haute-Provence : Bernard Guérin vient d'être nommé préfet des Alpes de Haute-Provence. Bernard Guérin a été en poste à Pointe-à-Pitre puis à Brest, avant de rejoindre Digne au 1er janvier. Avant d'être dans la préfectorale, Bernard Guérin a été commissaire divisionnaire. Il était en poste à Brest depuis le début de l'année 2014. Il remplace dans les Alpes de Haute-Provence, Patricia Willaert, nommée préfète du Lot-et-Garonne.

Le préfet des Hautes-Alpes, Pierre Besnard, va quitter lui aussi le département des Hautes-Alpes pour prendre les mêmes fonctions au 1er janvier dans le Tarn et Garonne à Montauban. . Il sera remplacé au 1er janvier par Philippe Court.

Philippe Court était jusqu'au 20 octobre sous-préfet de l'arrondissement de Saint-Germain-en-Laye depuis mai 2010. Agé de 42 ans, cet ingénieur diplômé de l'Ecole polytechnique et de l'Ecole nationale des ponts et chaussées avait rejoint cet automne l'ancien maire (UMP) de Rambouillet, Gérard Larcher, nouveau président du Sénat, en tant que directeur de cabinet adjoint.

Dans sa carrière, Philippe Court fut directeur de cabinet de plusieurs ministres : Xavier Darcos, ministre de l’Education nationale de 2007 à 2009, puis ministre du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville de 2009 à 2010 et Eric Woerth, secrétaire d’Etat à la Réforme de l’Etat de 2004 à 2005. Il a également conseillé Alain Lambert au ministère des Finances. Il est ancien élève de l’Ecole Polytechnique et ingénieur en chef  des Ponts  et Chaussées.

Ce qu'on a dit de Philippe Court lors de son départ de Saint-Germain en Laye:

Homme à l’esprit vif et plutôt discret, Philippe Court laissera à Saint-Germain-en-Laye le souvenir d’un homme qui connaissait bien ses dossiers et qui a su apprivoiser les sujets brûlants comme l’hôpital de Poissy-St-Germain, l’installation des gens du voyage, la loi SRU avec le seuil de logements sociaux porté à 25 %. Il a œuvré sur la problématique de l’ouverture des magasins le dimanche avec la décision judiciaire qui frappa les magasins Bricorama, fin 2013. Il a travaillé sur le sujet de la Centralité à Carrières-sous-Poissy et le chantier du SIAAP. Il aura également partagé les surprises des dernières municipales et su amadouer par son humour et sa connaissance des enjeux, les personnalités politiques de droite, comme de gauche.