Alpin cocoon

Perquisition / auditions : le Comité d'Expansion 05 dans le viseur de la justice suite à une plainte des services de l'État

Hautes-Alpes : Voici une affaire, à priori peu importante, dont ce serait bien passée la gauche du département, déjà minée par la division. Le pôle financier de Marseille a été saisi, suite à une plainte des services de l'État, et plus précisément de la Direccte pour conflit d'intérêt présumé. Il est reproché au Comité d'Expansion Buëch Durance 05 une décision sachant que cet organisme est financé par des fonds publics. Plusieurs de ses membres ou anciens membres sont dans le collimateur. L'enquête vise à savoir s'ils ont usé de leur fonction au sein de cet organisme pour attribuer un financement a une structure privée gérée par un des responsables du Comité. Celui ou ceux qui ont participé de la décision d'attribuer cette commande, étaient-il bénéficiaire, direct ou indirect, de ces sommes à priori peu importantes ?

Les investigations sont menées depuis plusieurs semaines maintenant. Dans ce cadre là, Jean-Pierre Brioulle, président actuel du Comité d'Expansion 05, Bernard Jaussaud, ancien président et Marie-France Ricci ancienne directrice, ont été entendus à l'Évêché, siège de la police judiciaire à Marseille au mois de janvier dernier. Une perquisition a eu lieu également dans les locaux du Comité d'Expansion 05 à Gap.

Au regard des témoignages que nous avons recueillis, on peut se demander s'il ne s'agit pas d'une tempête dans un verre d'eau ? À l'origine de la plainte tout d'abord, à priori, un conflit de personnes. Ensuite, on semble parler de sommes de 3 000 ou 4 000 euros, qui ont été dépensées par le Comité d'Expansion 05 pour une prestation effectivement réalisée par un de ses membres. On est très loin de l'enrichissement personnel avéré. Le scénario d'une bêtise technique semble plutôt de circonstance. Mais on le voit, les conséquences sont sérieuses, et ajoutent encore à la confusion qui règne au sein de la gauche haut-alpine.

Reste maintenant à déterminer les responsabilités, ou pas, de chacun de ces protagonistes et les éventuelles poursuites qui pourraient être engagées sachant que tout le monde est présumé innocent. C'est au procureur de Gap de trancher. Soit il abandonne les investigations, soit il transfère le dossier à un juge d'instruction.

Mise à jour : Marie-France Ricci nous a contacté suite à cette publication. Elle souhaite préciser qu'elle a démissionné de ces fonctions après avoir prévenu son assemblée générale, ne souhaitant pas assumer ce type de responsabilités.

Ci-dessous la VIDEO ---