Hotel de la mairie

Gap : mort du résistant François Perrot, un hommage lui est rendu ce mardi aux Invalides

La France perd un Grand Homme. François Perrot, illustre résistant, est décédé à l'âge de 94 ans. Né le 29 novembre 1921 à Strasbourg, François Perrot s’est engagé activement dans la Résistance après avoir entendu l’appel du général de Gaulle et a rejoint, en février 1942, la Résistance intérieure française. C'est à Gap qu'il a commencé son combat. 

Il crée dans les Hautes-Alpes un premier réseau en 1940. Campagne d'affichage sauvage d'une croix de Lorraine, caricatures antinazies, le petit groupe prend le nom de « maillon d’Ornano ».

Pour François Perrot, Gap est une ville « trop maréchaliste ». Il prend la direction de Marseille avec ses collègues lycéens pour s’embarquer et rejoindre les Forces françaises libres. Dénoncé par son proviseur de Gap, il est renvoyé à Paris. Très vite, il reprend ses activités au sein de l’Ecole libre des sciences politiques avec des moyens autrement efficaces qu’à Gap, tracts, journaux clandestins.

Il a ensuite été arrêté, puis déporté. "Le 6 avril 1945, par la voie ferrée, dans des wagons de marchandises à ciel ouvert, debout, serrés jusqu’à la compression, sans avoir rien à manger ni à boire, les déportés roulent vers le camp de Flossenbürg, en Bavière. Survivant à deux « marches de la mort », fort du soutien de sa foi toujours et de l’entraide entre captifs, il est finalement libéré le 15 mai", écrit le Monde.

Ce mardi à 14h15, un hommage lui est rendu aux Invalides, en présence de Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’État chargé des Anciens combattants et de la Mémoire.

Source: Le Monde

Hautes-Alpes
Gap