home page noir

Elysée D!CI - le billet du colporteur : le langage des sigles

Chaque semaine durant cette campagne électorale 2017, Jean
 
Beveraggi, tels ces colporteurs qui autrefois transportaient

marchandises et nouvelles d'une ferme, d'un hameau, d'un village

à l'autre, viendra vous livrer quelques réflexions sur les coulisses

de cette Présidentielle. Un billet au ton parfois décalé, souvent

dubitatif, mais toujours placé sous le signe de la bonne humeur.

N°3

Avez-vous remarqué combien, tout au long d'une journée, on jongle

 

avec des sigles, ces petites abréviations formées par une suite de lettres

 

qui sont les initiales d'un groupe de mots ?

 

Dès le matin, vous vous réveillez en musique avec un bon CD de votre

 

DJ préféré sur la bande FM, ou, encore mieux, avec le JT de Dici sur

 

la TNT. Histoire d'apprendre que le prix des PV va augmenter,

 

tout comme les loyers des HLM et les tarifs d'EDF. Côté infos locales

 

il est question de la CCI, d'une intervention du SAMU, des retards des

 

TER en gare SNCF, d'une manif des anti-THT. Et encore de

 

manœuvres du 4 ème RC, des erreurs tragiques dues aux GPS ou

 

du froid qui met en danger les SDF de Gap.

 

La page des sports ne déroge pas à la règle avec un record sur la piste

 

de KL de Vars, des résultats de VTT et un nouvel exploit d'Ogier en

 

WRC !

 

Les sigles rythment bien notre vie au quotidien et cette période de

 

campagne électorale ne va faire qu'amplifier le phénomène. Car tous

 

les candidats sont portés par des partis que l'on désigne généralement

 

par leurs sigles !

 

Alors vous n'avez pas fini d'entendre les soutiens du FN et de LO, les

 

représentants d'EM et de LR, les porte-drapeaux du PG, de DLF, de

 

l'UPR et du PS, sans oublier ceux du PRG, de l'UDI, d'EELV, de SP et

 

même du NPA… La liste n'est pas exhaustive…

 

Là où les choses se compliquent c'est que de nombreux élus des Alpes

 

du Sud ont déjà annoncé qu'en fait ils ne soutiendraient pas le

 

candidat choisi par leur parti. Députés de la Nation, Joël Giraud et

 

Christophe Castaner, respectivement PRG et PS, ont abandonné

 

Hamon à son sort pour aller marcher avec Macron ! Des dirigeants

 

locaux du PC refusent de s'engager pour Mélanchon, tandis que

 

nombre de militants de l'UDI, d'EELV et du MoDem ont fait savoir

 

qu'ils n'entendaient pas cautionner les directives de leurs responsables

 

nationaux les appelant à voter les premiers pour Fillon et les autres

 

pour Hamon… Comment voulez-vous alors que le citoyen lambda,

 

l'électeur de base, s'y retrouve ? Manque de transparence, reniements

 

d'alliances, non respect de la parole donnée, petits arrangements entre

 

amis dans les sphères parisiennes : on voudrait grossir les rangs des

 

abstentionnistes ou alimenter le réservoir des voix extrémistes que l'on

 

ne s'y prendrait pas autrement !

 

A bon entendeur… Le Colporteur vous salue bien. 

Elysée D!CI
politique