HOME_PAGE_LES_ENSEIGNES_DE_BRIANCON_DEC_2017.jpg

Mise en cause de C. Eyméoud par le Canard : le Parquet écrit au CAUE pour décider ou pas de l'ouverture d'une information judiciaire

Communiqué du Procureur des Hautes-Alpes :

Après avoir pris connaissance de l'article intitulé « La maire d'Embrun dans la houle » de l'édition du 17 mai 2017 du Canard Enchaîné, ainsi que des éléments de réponse de Madame Chantal  EYMEOUD lors de sa conférence de presse du même jour, le procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Gap a adressé un courrier à l'actuel président du Conseil d'architecture, d'urbanisme et d'environnement des Hautes-Alpes (CAUE 05) notamment afin de connaître la position officielle de cette association sur les allégations rapportées par cet hebdomadaire.

Le procureur demande également à cette association de lui faire savoir si elle souhaite déposer plainte à l'encontre de son ancienne directrice et, le cas échéant, de lui communiquer tous les documents susceptibles de démontrer l'existence de détournements commis au préjudice du CAUE 05.

Le contenu de l'article du Canard Enchaîné étant insuffisamment précis pour justifier - en l'état -  l'ouverture d'une enquête préliminaire, le procureur de la République de Gap appréciera la nécessité d'ouvrir une telle enquête en fonction des éléments de fonds qui seront ainsi portés à sa connaissance et, le cas échéant, examinera si les éventuels faits dénoncés ne sont pas couverts par la prescription de l'action publique

 

Rappel des faits :

C'est sous le titre "La maire d'Embrun dans la houle" que le Canard Enchaîné du jour cherche à épingler Chantal Eyméoud, vice-présidente du Conseil Régional et candidate LR/UDI aux élections législatives. Le journal satirique pointe du doigt des frais et dépenses effectués lorsqu'elle était directrice du CAUE, le centre d'urbanisme d'architecture et d’environnement installé à Embrun.  L'intéressée répond point par point aux éléments détaillés dans l'article dénonçant une "boule puante et des accusations scandaleuses et calomnieuses" opportunément lancée au moment des élections législatives. On l'évoquait hier, la situation est très tendue dans la 2ème circonscription des Hautes-Alpes puisque le président des Républicains, Arnaud Murgia, se présente face à elle en dissidence. Il a d'ailleurs été exclu par son propre parti hier.

Ce qui est "reproché" à Chantal Eyméoud

S'agissant de son contrat à mi-temps au CAUE :

Le Canard Enchaîné évoque la période où Chantal Eyméoud était "directrice salariée de l'association Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement (CAUE)", association qui dépend du Conseil Départemental des Hautes-Alpes.

A partir de 2001, elle a travaillé à mi-temps a-t-elle indiqué au journal satirique.

Selon le Canard Enchaîné, Chantal Eyméoud a "continué à toucher un salaire mensuel oscillent entre 3000 et 4000 € comme directrice alors qu'elle est devenue Maire d'Embrun et Présidente de la Com'Com en 2001". Directrice depuis 1985, un avenant au contrat de 1997 stipulait "qu'elle devait se consacrer à son poste de directrice à plein temps".

S'agissant des frais :

Le Canard Enchaîné va encore plus loin et suspecte Chantal Eyméoud d'avoir, de 2006 à 2011, utilisé l'argent du CAUE pour des achats personnels. "Elle a signé plusieurs fois par an, de 2006 à 2011, des chèques sur le compte de l'association afin d'honorer des factures de parfums, de courses alimentaires, de fleurs, de chocolats, de presse, de romans, de DVD... Exemples : 347 euros à la Maison de la Presse d'Embrun. 880 euros chez Passion Beauté au Leclerc Gap. 116 euros de confiseries et produits d'entretien au Super U d'Embrun".

Certaines années, les chèques cumulés "avoisinaient les 5000 €", indique le Canard Enchaîné.

S'agissant de son indemnité de départ :

Enfin, le Canard Enchaîné indique que Chantal Eyméoud a conclu avec le CAUE, une rupture conventionnelle en 2010. "Avec une confortable indemnité de 50 000 €" pour Chantal Eyméoud.

 

Les réponses de Chantal Eyméoud

La maire d'Embrun a organisé une conférence de presse ce mercredi matin. Elle juge les accusations "scandaleuses et calomnieuses et se réserve le droit d'aller en Justice".

En ce qui concerne l'emploi, elle estime "qu'il n'était pas fictif". Bien au contraire. "J'en faisais même bien davantage même dans la période de mi-temps commencée en 2002 " j'ai réellement fait ce travail et bien plus encore, il n'y pas d'emploi fictif".

Pour le salaire, le Canard est, selon la maire d'Embrun, "loin du compte". "Ce n'est pas 3000 ou 4000 € mais 2600 euros par mois que je percevais depuis le début de mon travail en 2002".

Enfin, pour les chèques sur le compte du CAUE, ils correspondent "aux cadeaux de fin d'année". Mais aussi "aux prix décernés pour les concours "jeunesse" organisés par la structure ou à des repas de convivialité comme il en existe partout".

Pour Chantal Eyméoud, la situation "est parfaitement claire". L'indemnité de 50 000 € "est justifiée et à échelle du temps passé dans la structure depuis 25 ans". Elle précise que tous ces éléments ont été validés par les Présidents successifs du CAUE, Alain Bayrou, Jean-Yves Dusserre et Xavier Cret qui a négocié avec elle l'indemnité de rupture. "Personne n'est dupe sur les intentions de ceux qui ont transmis ces documents "a-t-elle indiqué, évoquant bien sûr ses adversaires dans la campagne législative en cours. "Des boules puantes", selon elle "malheureusement classique dans ce type de période"

"Je suis fière de ce que j'ai fait, je suis fière du travail accompli", termine Chantal Eyméoud qui se dit encore plus déterminée à briguer le mandat de Député de la 2ème circonscription des Hautes-Alpes dans une campagne, qui, à 3 semaines du 1er tour a pris, avec cette affaire, une toute autre tournure.

 

La réaction d'Arnaud Murgia, actuel Président du CAUE

Cet article du Canard Enchaîné est une "bombe" qui tombe en pleine campagne pour les élections législatives, déjà animées dans la deuxième circo' des Hautes-Alpes", ce n'est pas le moindre des paradoxes, mais le nouveau Président du CAUE n'est autre ... qu'Arnaud Murgia, candidat dissident face à Chantal Eyméoud, récemment exclu des Républicains.

Contacté, Arnaud Murgia assure "ne pas être au courant de cette histoire". Il devrait rapidement saisir l'avocat de l'Association pour éclaircir la situation.

En savoir plus sur https://www.dici.fr/actu/2017/05/17/frais-de-parfum-emploi-fictif-reproc...

 

L'article en question :

 

 


Entretien avec Chantal Eymeoud 

Chantal Eyméoud "épinglée" dans un article du... par dicitv31

 

La conférence de presse de Chantal Eymeoud 

Épinglée par le Canard Enchaîné, Chantal... par dicitv31

justice