bannierre proman juin 2017

Alpes du Sud : 11 personnes toujours portées disparues en montagne

Leurs disparitions demeurent un mystère. Chaque année, ce sont des centaines de milliers de personnes qui empruntent les sentiers des Alpes de Haute-Provence et des Hautes-Alpes pour découvrir au plus près nos territoires. Autant dire que si les accidents sont réguliers, les disparitions sont exceptionnelles. Des expéditions qui ont, quelquefois, une fin tragique... Plus de nouvelles, pas la moindre trace... Pour certains, c'est comme s'ils s'étaient évaporés. Dans notre région, on en compte 11. 11 disparus en montagne après être partis faire une randonnée pédestre ou encore de l'alpinisme. Leurs corps seront, peut-être, retrouvés d'ici quelques années, comme ce couple momifié découvert dans un glacier suisse 75 ans après sa disparition...

Beaucoup de questions, peu de réponses et des zones d'ombre... Laurent, 29 ans, est le dernier à avoir disparu dans notre département. Randonneur aguerri, il était parti en juillet 2016 faire une randonnée au départ de la station de St-Michel-de-Chaillol. Après avoir atteint le sommet du Vieux Chaillol à 3163 mètres d'altitude, il contacte un membre de sa famille, se repose, mange et disparaît... Et depuis, toujours aucune nouvelle au plus grand étonnement de Gérard Blanchard, le maire de Chaillol.

Le mystère reste entier... Il en est de même pour ces trois randonneuses autour de la forêt de Boscodon près d'Embrun. Lucie, Monique et Marie-Christiane, toutes trois la soixantaine, se sont comme évaporées dans le même secteur de 1995 à 2016. Dans les Ecrins, de nombreuses disparitions ces dernières années également à Villar-d'Arêne en 2001, à la Grave en 2004, sur le versant ouest du Dôme en 2012 et à Pelvoux en 2014. Quatre hommes partis en expédition qui n'ont depuis plus donné de signe de vie.

Dans le Queyras, deux personnes sont également portées disparues à seulement deux ans d'intervalle après une randonnée pédestre. Autre fait inquiétant, dans le Champsaur, après l'évaporation d'un homme en 2011.

Alors où sont-ils ? Tombés sous un névé ou dans le trou d'un des nombreux pierriers sous lequels on les retrouvera un jour ? Les hypothèses sont nombreuses. Ce qui est certain, c'est que cela fait autant de familles qui sont dans la douleur, car on le sait, ce n'est qu'une fois le corps retrouvé qu'elles peuvent enfin commencer leur travail de deuil.

mystère