Salon des vins

La Confédération paysanne "vide son sac" et manifeste contre la surpopulation de sangliers

L'expression est à propos !  la Confédération Paysanne "vide son sac" et invite tous les paysans à venir avec leurs sacs de semences ce mardi devant la DDT rue des Silos à Gap pour montrer, tout ce qu'on risque de perdre si les sangliers continuent, je cite, à défoncer les cultures. Ils laisseront ces sacs en DDT, en attendant que ce problème soit réellement pris en compte.

La Confédération Paysanne demande entre autres
▪ le  classement du sanglier en espèce «nuisible» pendant toute l'année,
permettant la mise en œuvre de dispositifs de chasse spécifiques;
▪l'interdiction totale du nourrissage, de l'agrainage quel qu'il soit et de
l'emblavure;
▪ le recrutement d'agents de louveterie en charge des tirs d'été et tirs de
régulation;
▪ et l'expérimentation du piégeage avec des cages, comme dans le Gard.
Par ailleurs,

Le communiqué

            Rendez-vous est pris mardi 17 avril à 10h devant la DDT des Hautes-Alpes à GAP.
Les paysans viendront avec des sacs de semences remplis pour montrer, tout ce
qu'on risque de perdre si les sangliers continuent à défoncer les
cultures... planter devient trop risqué ! Nous laisserons ces sacs en DDT, en
attendant que ce problème soit réellement pris en compte.
LES SANGLIERS PULLULENT... QUI REGULE ??
Les dégâts causés par les sangliers concernent toutes les productions et affectent
tout le département. Les sangliers prolifèrent au détriment des agriculteurs comme
des chasseurs. Malgré des prélèvements qui ont doublé ou triplé ces dernières
années, les sangliers, toujours plus féconds, prolifèrent et deviennent hors de
contrôle des chasseurs. Puisque les chasseurs ne parviennent plus à réguler la
population de sangliers, l’État doit en prendre la responsabilité.
La Confédération Paysanne demande la régulation des populations de sangliers par
la mise en place des moyens suivants :
▪ Classement du sanglier en espèce «nuisible» pendant toute l'année,
permettant la mise en œuvre de dispositifs de chasse spécifiques;
▪ Interdiction totale du nourrissage, de l'agrainage quel qu'il soit et de
l'emblavure;
▪ Recrutement d'agents de louveterie en charge des tirs d'été et tirs de
régulation;
▪ Expérimentation du piégeage avec des cages, comme dans le Gard.
Par ailleurs,
▪ Les barèmes d'indemnisation des dégâts agricoles doivent prendre en
compte les prix pratiqués en agriculture paysanne (circuits courts et /ou
agriculture biologique et / ou production de semences paysannes, ...)
▪ Ces dégâts graves entraînent une perte de semences paysannes travaillées
depuis plusieurs années, adaptées à la ferme, à la production dont la valeur
n’a pas de véritable prix... si ce n’est celui du découragement.
Il faut agir sur le long terme et faire cesser la prolifération des sangliers !
Arrêter l’agrainage !

 

 Le point de vue des chasseurs

 

Ils sont plus de 4500 à être prélevés ! Chaque année, les sangliers sèment la pagaille dans le monde agricole. Malgré les tirs de nuit et les battues organisées par les lieutenants de louveterie, ils sont de plus en plus nombreux à errer et font beaucoup de dégâts comme l'explique Max Mercurio, le président de la fédération de chasse des Hautes-Alpes :

sangliers