Bellicaud Location

Migrants / Journée sous tension : une cinquantaine de personnes ont occupé la frontière à Montgenèvre

C'est une tension exceptionnelle qui règne en ce mercredi dans le Briançonnais. Pendant près de deux heures et demi, une cinquantaine de personnes ont occupé la frontière à Montgenèvre pour dénoncer les actions de l'Etat Français.

Alors qu'on est toujours dans l'attente de la confirmation ou pas de l'identité du corps de la jeune femme retrouvée dans la Durance il y a une semaine, la famille dont la sœur de celle qui pourrait être la victime est arrivée hier à Clavière en Italie à deux pas de la frontière. Un rassemblement a lieu depuis 11h30 à la frontière à l'initiative des militants pro-migrants qui occupent le sous-sol de l'église de Clavière. Dans le même temps, les militants d’extrême droite de " Génération Identitaire" continuent à écumer le secteur ce que dénonce, élément à l'appui, la municipalité de Briançon qui demande à l’État de faire cesser leur manège et leurs actions.

Par ailleurs, un grand rassemblement à l'initiative de Tous Migrants est prévu ce soir à 20h30 à Val des Prés à l'endroit même où un contrôle de police aurait généré la fuite puis la noyade de cette jeune migrante Nigériane de 21 ans.

Autant dire que la situation est très délicate complétée par la présence visible des forces de l'ordre qui ajoute à ce climat anxiogène.

Du côté italien, les militants écrivaient ceci hier soir :

Aujourd'hui, nous avons accueilli au refuge autogéré chez Jesus la soeur et la cousine de bénédiction, la fille tuée par la brutalité du dispositif frontière et de ses agents. Ils sont partis de Bari avec l'intention de pouvoir donner un dernier salut à sa soeur. Après tout un après-midi de discussion, la police ne vous a permis ni d'entrer en France, ni de reconnaître le corps. Le temps d'attente serait de quinze jours. Nous pensons sérieusement que nous devons leur montrer toute notre solidarité. C'est tout l'hiver que nous luttons contre cette frontière. Nous nous attendons à ce que, maintenant que la frontière a tué, nous serons nombreux demain à être solidaires.

Rendez-vous h 11.30 à la frontière du Montgenèvre

Renseignement pris, il s'avère qu'en effet une partie de la famille dont la sœur de l'éventuelle victime est bien venue en France hier mais n'a pas pu y rester car la sœur n'avait pas de papiers en règle (pas de titre de séjour en cours de renouvellement). Elle s'est rendue en gendarmerie où des prélèvements ADN auraient été effectués avant de repartir en Italie, un périple dans une ambiance tendue indiquent les bénévoles.

Quant à la manifestation de ce soir, c'est sur les lieux même du contrôle de police qui pourrait être à l'origine du drame que les militants de Tous Migrants invitent à un rassemblement silencieux ce mercredi soir la Vachette sur la commune de Val des Prés au bord de la Durance. Il s'agira de rendre hommage à Mathew Blessing, une jeune Nigériane de 31 ans qui se serait noyée en fuyant un contrôle de police ce que le Parquet de Gap n'a pas confirmé à l'heure où nous écrivons ces lignes.

Bien au contraire, le parquet indiquait une nouvelle fois ce mardi qu'à ce stade il n' y avait toujours pas d'identification formelle et que les investigations se poursuivaient pour définir quelle est l'identité de le jeune femme dont le corps a été retrouvé le 9 mai.

Mais selon "Tous Migrants", c'est là, à quelques kilomètres au-dessus de Briançon et de la frontière, au pied du col du Montgenèvre, que les faits à l'origine du drame seraient probablement survenus le lundi 7 mai.

Selon Tous Migrants, Mathew Blessing, une jeune Nigériane de 21 ans, pourrait bien s'être noyée dans la Durance après avoir échappé à un contrôle policier à hauteur de la Vachette.

Selon l'association, la jeune femme marchait le 7 mai dernier en direction de Briançon en compagnie de deux hommes, eux aussi exilés, lorsqu’elle a été surprise par des policiers.

Cinq policiers « dissimulés dans les fourrés » auraient fait irruption en allumant des torches électriques et en criant « police, police », provoquant la dispersion du groupe et une course-poursuite dans la Vachette au bord de la Durance. Un des hommes est alors interpellé mais la jeune femme et un autre homme disparaissent.

Deux jours plus tard, mercredi 9 mai, le corps d'une jeune femme noire est donc retrouvée dans la Durance une dizaine de kilomètres plus en aval probablement transportée par la Durance jusqu'au barrage de Prelles.

Pour Tous Migrants, il pourrait donc bien s'agir de Mathew Blessing disparue deux jours plus tôt.  Elle pourrait être tombée en effet dans la Durance qui a un très fort débit en ce moment et qui est particulièrement froide en cette période de fonte des neiges. Son corps aurait alors été transporté par la rivière jusqu'au premier obstacle... le barrage de Prelles.

Ce serait dans ce cas la première fois qu'un migrant trouve la mort à la frontière franco-italienne dans le Briançonnais.

Tous Migrants a transmis ces informations au Parquet et dénonce « les pratiques policières reposant sur des guets-apens » et demande que "la justice fasse toute la lumière sur les circonstances ayant abouti à ce drame".

Le rassemblement ce mercredi soir à Val des Prés s'annonce solennel et tendu. En effet, les militants de "Génération Identitaires " continuent à écumer le Briançonnais.
Ils auraient généré indirectement vendredi dernier au Champ de Mars une blessure chez un migrant qui a sauté une barrière pour les fuir. Ils auraient aussi interpellé une personne qui transportait 2 exilés.

 

 

 

 

Le communiqué de Tous Migrants

 

Elle s'appelait Mathew Blessing...

COMMUNIQUE DE PRESSE
Lundi 7 mai, aux alentours de 5h du matin, un groupe composé de trois personnes étrangères, dont deux hommes et une jeune femme, marchaient en suivant la nationale 94 en direction de Briançon. La jeune femme marchait difficilement du fait de douleurs aux jambes et était souvent aidée par les deux jeunes hommes. À la hauteur du hameau de La Vachette, 5 policiers dissimulés dans les fourrés ont surgi brusquement sur la route nationale en allumant des torches électriques et en criant « police, police ». Les 3 personnes étrangères se sont alors enfuies à travers champs en direction du village où elles se sont dispersées, poursuivies par les policiers. L’un des deux hommes est interpellé vers l’Eglise. Les policiers sillonnent ensuite le village pendant plusieurs heures. La jeune femme ne donne plus aucune nouvelle d’elle depuis ce jour. En toute hypothèse, les 5 policiers sont les dernières personnes à avoir vu vivante la jeune femme disparue. Mercredi 9 mai, le corps d'une jeune femme est retrouvée dans la Durance une dizaine de kilomètres plus en aval.

La jeune femme disparue depuis lundi 7 mai s’appelle Mathew BLESSING. Elle est âgée de 21 ans et de nationalité nigériane.
Les informations que nous avons recueillies font ressortir plusieurs éléments précis et circonstanciés qui pourraient relever des infractions suivantes :

 

➢ Mise en danger délibéré de la vie d’autrui par le manquement à une obligation particulière de sécurité ou de prudence, en l’espèce en organisant de nuit une poursuite à l’encontre de personnes de nationalités étrangères dans une zone dangereuse. Faits prévus et réprimés par l’article 223-1 du Code Pénal.

➢ Homicide involontaire par imprudence, négligence, ou manquement à une obligation de sécurité, en l’espèce en ayant conscience du danger de mort encouru par une chute dans la rivière, faits prévus et réprimés par l’article 221-6 du Code Pénal.
 

➢ Violence volontaire ayant entrainé la mort sans intention de la donner, faits prévus et réprimés par l’article 221-6 du Code Pénal.
 

➢ Non-assistance à personne en danger, en l’espèce en ayant omis de signaler aux services de secours la disparition d’une personne dans un environnement dangereux, faits prévus et réprimés par l’article 223-6 du Code Pénal.
 

➢ Discrimination d’une personne en raison de son physique ou de son apparence, faits prévus et réprimés par l’article 225-1 du Code Pénal.
 

Les manquements aux obligations de sécurité et de prudence précédemment invoqués se déduisent des obligations propres des fonctionnaires de police résultant, notamment, du Code de Déontologie de la Police Nationale.
Aux termes de l’article R. 434-10 du Code de déontologie de la police et de la gendarmerie Nationale, codifié dans la partie réglementaire du Code de Sécurité Intérieure :
« Le policier ou le gendarme fait, dans l'exercice de ses fonctions, preuve de discernement.
Il tient compte en toutes circonstances de la nature des risques et menaces de chaque situation à laquelle il est
confronté et des délais qu’il a pour agir, pour choisir la meilleure réponse légale à lui apporter ».
L’article R.434-19 du même code dispose également que :
« Lorsque les circonstances le requièrent, le policier ou le gendarme, même lorsqu’il n’est pas en service, intervient de sa propre initiative, avec les moyens dont il dispose, notamment pour porter assistance aux personnes en danger ».
Un signalement auprès du Procureur de la République, reprenant tous ces éléments, vint d’être déposé au nom de notre association par l’intermédiaire de nos avocats, afin que la justice fasse toute la lumière sur les circonstances ayant abouties à ce drame.

Notre Mouvement citoyen ne cesse de dénoncer, notamment dans nos communiqués et alertes, les pratiques policières reposant sur des guets-apens et des courses poursuites. Ces pratiques révoltantes, désavouées par nombre de policiers et gendarmes eux-mêmes, ont déjà occasionné plusieurs accidents parfois très graves, à l’exemple de celui survenu dans la nuit du 18 au 19 août dernier.
Pratiquement toutes les nuits, des accidents sont évités de justesse au prix de souffrances nouvelles et parfois de blessures. Les dangers sont aggravés depuis ces dernières semaines par la débâcle, le renforcement de la présence policière et la présence active des « identitaires » qui collaborent avec la Police pour traquer les personnes migrantes en pleine montagne, sur les chemins et les routes.
Rappelons que le village de La Vachette est traversée par la Durance qui, en cette période de l’année, connaît un débit très important, avec une température de l’eau de quelques degrés seulement. Toute chute d’une personne dans la rivière constitue un danger fatal.
Rappelons que les demandeurs d’asile ne sont pas des personnes en situation irrégulière, pas plus que les mineurs isolés.
Rappelons que le fait pour une personne étrangère d’être en situation irrégulière ne constitue pas un délit.
Nous refusons que la Côte d’Azur, le littoral calaisien, le canal de la Villette et aujourd’hui nos montagnes constituent pour les migrants un nouvel obstacle mortel après l’enfer libyen, le cimetière méditerranéen, et tous ces murs de la honte qui s’érigent de par le monde.
Nous exigeons l’interdiction des pratiques policières de guets-apens et de chasses à l’homme, ainsi que leurs avatars actuellement mis en oeuvre par le groupuscule suprémaciste Génération Identitaire.
Nous exigeons le rétablissement de l’Etat de Droit et le plein respect des personnes étrangères qui frappent à notre porte et de leurs droits.
Nous exigeons le respect par tous de notre devise « liberté, égalité, fraternité », à commencer par les représentants de l’Etat et les forces de l’ordre.
Briançon, le 14 mai 2018

 

 

Un appel à témoins avait été lancé par la gendarmerie afin d'identifier la victime retrouvée dans la retenue d'eau du hameau de "Prelles". Il s'agit donc d'une jeune femme à la peau noire, mesurant 1,60 m, cheveux longs brun foncé et tressés. Présence d'une alliance (anneau fin en argent) à l'auriculaire droit et d'un collier-lacet noir avec une pierre bleue. La victime présente aussi deux anciennes cicatrices sur les épaules qui peuvent résulter d'une opération.

En cas de renseignement, vous pouvez contacter la brigade de l'Argentière-la-Bessée au 04.92.23.10.20, ou composer le 17.

Tensions