Les grands bains

Hautes-Alpes / 3+4 de Briançon : les réquisitions du procureur requièrent de la prison ferme pour deux des 7

12 mois de prison dont 8 avec sursis contre Jean-Luc Jalmain et Mathieu Burellier, ce sont les réquisitions les plus fortes dans l'affaire des "3+4" de Briançon, jugée ce jeudi au tribunal de Gap. Le procureur de la République, Raphaël Balland, a requis cette peine contre deux des sept jugés ce jeudi. Quant aux autres, il a requis six mois de prison avec sursis. Environ 750 personnes ont fait le déplacement pour soutenir les sept personnes poursuivies pour "aide directe ou indirecte en bande organisée à l'entrée irrégulière d'étrangers sur le territoire national". Les faits remontent au 22 avril dernier, lors de la contre-manifestation à la frontière franco-italienne entre Clavière et Briançon. Près de 200 personnes s'étaient mobilisées, dont une vingtaine de migrants, pour répondre à l'opération de la veille du groupe d'extrême droite Génération Identitaire qui avait symboliquement fermé d'une barrière la frontière au col de l'Echelle.

A la mi-journée, une suspension d'audience a permis aux prévenus de sortir du tribunal. Mathieu et Benoît, deux Briançonnais inculpés, ont pris la parole sur le perron du palais de justice :

Sur place, des personnalités, comme le président de la Cimade Christophe Deltombe, et le politicien Philippe Poutou :

Dans l'après-midi, une manifestation s'est organisée dans les rues de la ville, grosse de 500 personnes. Le maire Roger Didier avait fait passer un tract la veille, incitant les commerçants du centre-ville à "retirer du domaine public tout support ou mobilier extérieurs pouvant servir de projectile", compte-tenu "des risques de désordre et de débordement possibles".

3+4