Les grands bains

Gilets jaunes : la situation dans les Alpes du Sud

Pour beaucoup de gilets jaunes, les déclarations du Premier Ministre Édouard Philippe ce mardi n’ont pas été satisfaisantes. En témoigne leur présence, encore, sur plusieurs rond-points des Alpes du Sud, où les barrages continuent… pour un 19e jour consécutif.

Le principal point de blocage est à Manosque (04) ce mercredi matin. À 8h, une quinzaine de gilets jaunes étaient présents au rond-point de l’A51 empêchant l’accès à l’autoroute à tous les véhicules et provoquant d’importants embouteillages. A cet endroit les gilets jaunes ont installé un « campement » qui atteste de leur volonté de s’installer durablement.
Au giratoire du Sénateur, à Gap (05), là aussi, les manifestants sont déterminés à ne pas s'arrêter là. Des dizaines de gilets jaunes se relaient en permanence et procèdent à un barrage filtrant de quelques minutes. Sous leur tente, un important stock de nourriture mais aussi du bois donné par des automobilistes ou des chauffeurs routiers solidaires.

Situation similaire à Peyruis où les gilets jaunes sont toujours présents sur le rond-point de l'autoroute et semble déterminer à poursuivre le barrage filtrant des poids lourds.

À Sisteron Nord, les "Gilets jaunes", qui ont été rejoints ce mardi par des lycéens, n’ont pas non plus quitté leur rond-point et filtrent essentiellement les camions.

À La Saulce, pas de barrage, mais quelques dizaines de "Gilets jaunes" continuent de s'y rassembler.

Et autre point de mobilisation à Laragne-Montéglin où les "Gilets Jaunes" tiennent toujours le rond-point avec un barrage filtrant.

Par ailleurs, au rond-point de Tokoro à Gap, "le point info des gilets jaunes" est toujours installé. Des manifestants invitent à y signer une pétition.

Concernant les pénuries de carburants, certaines stations sont plus touchées que d'autres. Dans les Hautes-Alpes, une célèbre marque de station service est difficilement approvisionnée depuis le début de la semaine. Le gasoil est toujours plus dur à trouver par endroit, mais globalement, les cuves ont été remplies en début de semaine. Par ailleurs, Francis Duseux, le président de l'Union française des industries pétrolières, s'est dit confiant pour un retour à la normale d'ici 48 heures. Interrogé sur France Info ce mercredi matin, il était optimiste quant au déblocage progressif des dépôts de carburants.

toujours mobilisés