Les grands bains

Hautes-Alpes : le ministre de l'éducation nationale et celui des territoires interpellés par les gilets jaunes et les syndicats. L'agacement de Sébastien Lecornu

Cela n'a pas manqué : loin des sujets de fond et de la vocation de ces visites ministérielles, ce sont surtout et presque uniquement les tensions connues au fil de la visite qui ont retenu l'attention des médias nationaux. Pour autant, rien d'extraodinaire ni de particulièrement violent comme nous avons pu le constater en suivant la visite du ministre de l'éducation et de celui des territoires.
Pour Jean-Michel Blanquer, une discussion très apaisée avec les gilets jaunes à Embrun et un peu plus sèche avec le syndicat d'enseignant FSU à Briançon. Des "comités d'accueil" en jaune  aussi pour Sébastien Lecornu et un moment sensible à l'Argentière la Bessée: "Je n'accepte pas qu'on puisse  s'exprimer ainsi", a déclaré Sébastien Lecornu après avoir entendu entre différents noms d'oiseaux "CRS matraqueurs, tueurs, dictature". "Je ne vous laisserai pas dire que les CRS sont des tueurs", a répondu Sébastien Lecornu,  qui est aussi gendarme de réserve, avant de partir sous les cris de la vingtaine de manifestants sur le thème "Marcron démission".

agacement
Hautes-Alpes