couleurs paysanne

Maison de santé à Barcelonnette : le projet avance

Bonne nouvelle à Barcelonnette. Le projet de Maison de Santé pourrait rapidement se concrétiser. Cinq professionnels de santé se sont réunis avec la municipalité jeudi soir pour évoquer la création de cette Maison de Santé Publique. Ces professionnels vont constituer, dans les jours qui viennent, une association de professionnels de santé à laquelle d'autres personnes pourront adhérer. Ce projet de Maison de Santé a été avancé par la municipalité afin de proposer une offre satisfaisante dans la Vallée. Pierre Martin Charpenel, le maire, avait saisi l’Observatoire Régional de la Santé pour obtenir un diagnostic du territoire. Le Sous-préfet, lui, avait organisé une réunion avec l’ORS, mais aussi l’Agence Régionale de Santé (État), et la Région qui finance ces maisons. Il ressortait qu'une aide financière pouvait être donnée à la commune ou la Com'Com pour cette Maison.

"Par ailleurs le projet privé, plus ambitieux avec balnéothérapie et autres activités, doit se poursuivre comme un complément d’intérêt général pour la population, sans qu’il y ait une quelconque concurrence. Dans cet esprit, nous sommes tout disposés à étudier un projet global dans lequel la collectivité n’aurait en charge que la mise en place de l’offre de soins de premier recours" indique le maire de Barcelonnette dans un communiqué. 

 

Communiqué de la mairie de Barcelonnette: 

C’est en 2013, apprenant que le Dr Yves Honoré ne tarderait pas à prendre sa retraite et connaissant la situation de déserts médicaux dans les zones rurales que nous avons fait figurer dans les priorités de notre future action municipale la création d’une maison de santé. Une fois élus, avec le concours de la directrice de l’hôpital nous avons pu proposer au Dr JP Franquebalme, et au Dr Caire-Dulac d’assurer des visites régulières à l’hôpital et apporter le service de leur spécialité à la population. La direction de l’hôpital acceptait alors de prendre un charge un investissement de 15 000 € pour l’achat d’un matériel spécifique.
Ensuite, par deux ou trois fois, nous avons réuni en salle du conseil tous les médecins de la vallée et ces spécialistes. Ce fut l’occasion d’aborder avec eux le sujet d’une maison de santé, d’autant que le Dr Yves Honoré avait déjà effectivement pris sa retraite, sans avoir de remplaçant.
Un peu plus tard, je recevais en mairie trois praticiens locaux : un kinésithérapeute, un dentiste et un ostéopathe m’annonçant qu’avec une généraliste ils voulaient - à quatre - créer une maison de santé privée. Je leur précisais alors que nous n’avions aucun moyen légal pour les aider dans la mesure où leur projet était privé et que s’ils devaient choisir la villa Miréio ou un terrain au Pont long nous ne serions pas maître du prix à proposer.
Monsieur le Sous-préfet leur confirma ensuite qu’ils ne pourraient bénéficier d’aucune subvention.

Suite à nos réunions avec tous les généralistes, il était évident que certains étaient prêts à étudier les possibilités de création d’une maison de santé, alors que d’autres n’y étaient pas favorables. Dans ces conditions, je saisissais l’Observatoire Régional de la Santé pour obtenir un diagnostic du territoire et Monsieur le Sous-préfet provoquait une réunion avec l’ORS, mais aussi l’Agence Régionale de Santé (État), et la Région qui finance ces maisons. Il ressortait que nous nous trouvions dans des conditions où ces partenaires se déclaraient prêts à avancer avec la commune ou l’interco. En regrettant de ne pas pouvoir imaginer cette maison tout à côté de l’hôpital, dans les locaux de l’actuelle crèche (ce qui imposait une reconstruction de la crèche ailleurs), nous fixons notre choix pour cette future réalisation dans le quartier du 11e BCA.

Dans le même temps j’ai tenu à suivre la réalisation de la maison de santé de Digne pour, non seulement en connaître le principe, mais surtout disposer de tous les éléments constitutifs détaillés de ce type de dossier. Plusieurs réunions ont eu lieu avec les médecins, infirmières, kinésithérapeutes, dentistes, ... de toute la vallée, sous la conduite des représentants des organismes régionaux spécialisés.

L’an dernier, comme cette année, j’ai rencontré plusieurs fois le Dr Franquebalme qui souhaite aider le pays à se doter d’un outil ne se limitant pas à une simple maison de santé (du type Maison Régionale de Santé). J’ai toujours pensé que nous pouvions avancer nos réflexions en parallèle. Un jour j’ai découvert dans la presse que le Club des Entreprises, soutenant son projet, nous demandait un terrain dans le quartier du 11e BCA. Les adjoints, comme tous les conseillers municipaux du groupe majoritaire m’ont demandé d’avancer sur ce dossier. Je les tiens régulièrement informés. Ils estiment qu’une maison de
santé, financée avec des fonds de la Région et sans être une charge pour la collectivité locale (commune ou interco) a toute sa place à Barcelonnette, et répondra plus facilement à l’installation de jeunes médecins, puisque les loyers sont automatiquement plus faibles dans une maison publique. Par ailleurs le projet privé, plus ambitieux avec balnéothérapie et autres activités, doit se poursuivre comme un complément d’intérêt général pour la population, sans qu’il y ait une quelconque concurrence. Dans cet esprit, nous sommes tout disposés à étudier un projet global dans lequel la collectivité n’aurait en charge que la mise en place de l’offre de soins de premier recours.
 

Le Maire de Barcelonnette

 

Ubaye