bannierre proman juin 2017

Hautes-Alpes : 43 migrants de plus arrivés encore ce week-end. "Ça ne peut plus durer, c'est à l’État de gérer" - Lionel Para, conseiller départemental

C'est intenable, ingérable, insoluble... Plus personne ne sait quel qualificatif utiliser pour évoquer cet afflux massif de migrants via le col de l'Echelle, Montgenèvre, le col de Larche ou le Briançonnais.
Après l'arrivée de 70 migrants mineurs en cours d’évaluation et logés à Ancelle, ce sont 43 migrants qui sont encore arrivés le week-end dernier à Briançon. La moitié d'entre eux se sont présentés comme mineurs. Tous vont être envoyés à Gap pour évaluation et une prise en charge par le département.

Cela porte à près de 500 le nombre de migrants mineurs en cours d'orientation par le département. Même si l’État verse 250 euros par jour pendant 5 jours, cela devient ingérable pour les finances départementales, sachant que des dizaines de millions actuellement en Italie s’apprêtent à traverser dans les semaines et les mois qui viennent.

Alors, un conseiller départemental met les pieds dans le plat. Lionel Para, conseiller départemental de Gap-Charance, dit que cela ne peut plus durer. C'est à l’État et à l'Europe de prendre en charge les dépenses hors de portée par le département :

ingérable