bannierre proman juin 2017

Assises de Gap : sous le choc, des victimes quittent la salle à la lecture de l'acte d'accusation d'Axel Maaziz

Troisième jour du procès Maaziz à la Cour d'Assises de Gap. Depuis lundi, Axel Maaziz, habitant de la Roche de Rame de 33 ans, est poursuivi pour plusieurs viols et agressions sexuelles aggravées, ainsi que tentative de meurtre, enlèvement et séquestration sur mineurs de moins de quinze ans. Six victimes au total sont concernées. Le procès se tient à huis clos. 

L'ambiance est très lourde et beaucoup de personnes dans la salle doivent gérer leur émotion. De l'aveu même des avocats, c'est "un procès difficile tellement ce qui est reproché est affreux".

Maître Jérôme Garcia, qui défend la famille de la petite fille enlevée à l'Argentière, évoque "la vive émotion de certaines victimes qui ont dû quitter la salle au moment de la lecture de l'acte d'accusation d'Axel Maaziz".

Jusqu'à jeudi midi, chaque partie peut échanger avec les témoins, médecins ou experts. Jeudi après-midi, ce sera au tour des plaidoiries des avocats. Puis, les réquisitions du Procureur sont attendues vendredi matin, avant la condamnation qui sera prononcée vendredi après-midi ou en fin de journée.

Ci-dessous, l'interview de Maître Garcia :

 

Maaziz