Serre che

Hautes-Alpes : loi Pinel, le Groupe Promofar inquiet pour l’opération Cœur de Ville

 "Il faut sauver le soldat logement" c'est ce qu'a clairement exprimé Stéphane Scarafagio Président de la Fédération du BTP 05 en présence de tous les représentants économiques  et de la quasi-totalité des promoteurs immobiliers du territoire lors de la réunion de crise organisée ce mercredi. En effet,  le changement de zonage du dispositif  "Pinel B2" se traduit par la disparition de l'accompagnement fiscal dans l’acquisition de logements destinés à la location sur les villes de Gap et Briançon. Cette disposition s"annonce catastrophique pour les Hautes-Alpes où ce dispositif représente, selon les programmes entre 40 et 70 % des ventes de logements. Au-delà du seul secteur du logement, y compris social, l'impact risque d' avoir rapidement un effet « boule de neige » sur l'ensemble des activités liées dans le BTP, l'artisanat mais aussi toutes les professions concernées tels les banques, les notaires, les agences immobilières et même les petits commerces. Selon le monde économique c'est plusieurs centaines d'emplois qui pourraient être concernés par la disparition de ce dispositif ainsi qu'une diminution de l'offre de location sur Gap et Briançon pouvant entraîner une augmentation des loyers. « Ce dispositif intervient alors que l'activité tend à se dynamiser en ce moment, et il pourrait entraîner une réelle catastrophe économique sur le Département », explique le Président du BTP. Tous autour de la table sont unanimes pour parler d'un "combat" afin que le dispositif soit abandonné sur notre département. A l'issue de cette réunion, les représentants de l'économie du département  ont déclaré qu'ils ne comptaient pas en rester là. Ils sollicitent dès aujourd'hui une réunion avec Monsieur le Préfet, la Préfecture de Région et le Président le Région PACA afin qu’ils interviennent auprès de l’Etat pour obtenir que les villes de Gap et Briançon reviennent à titre dérogatoire dans le zonage "Pinel B2". Ils appellent également les parlementaires à se joindre à la "bataille" car il en va de la survie de l'économie de notre Département.

inquiet