résalp

Briançon et les migrants : le maire Gérard Fromm fier de son conseil municipal

Il y a toujours de l’inattendu lors des conseils municipaux à Briançon. Depuis plusieurs heures, les délibérations s’égrenaient avec une brusque montée en tension lors de l’évocation du skatepark. Classique ! Et finalement, contre toute attente, c’est une délibération concernant les migrants qui a ramené la sérénité et l’humanité dans la salle. Il s’agissait de mettre un appartement (l’ancienne conciergerie du cimetière) à la disposition d’une association s’occupant des migrants. La délibération a été adoptée avec quelques abstentions mais sans vote contre et après un débat serein et humaniste, ce qui a fait dire au maire de Briançon, Gérard Fromm qu’il était fier de l’ensemble de son conseil municipal.

L'intervention de Romain Gryzka :

Mise à disposition de la conciergerie du cimetière Vauban
Monsieur le Maire,
Voilà un sujet délicat que le sujet des migrants.
Délicat car il repose avant tout sur une compétence de l’Etat et de l’Union Européenne.
Délicat car les collectivités locales frontalières subissent cette vague migratoire sans précédent en se sentant quelque peu « laisser pour compte » par les pouvoirs publics quand on sait que l’état s’est engagé à compenser seulement 800 k€ sur les 2M € que le département doit dépenser pour les Mineurs Non Accompagnés.
Délicat car avant tout nous parlons d’êtres humains et pas de marchandises
Délicat enfin car certains se croient malins à manipuler l’opinion publique, n’hésitant pas à voter POUR le doublement de la capacité d’accueil des MNA en 2018 pas plus tard que hier à Gap lors de la séance du Conseil Départemental mais s’insurge de cette délibération municipale quelques heures après. La politique souffre de ces doubles discours et de ce manque de cohérence et de courage. Je suis pour ma part navré que cette délibération soit aujourd’hui teintée de politique politicienne.
Avant de poursuivre je voudrais rendre hommage à la fois aux bénévoles, car même si je ne partage pas toutes leurs actions je leur reconnais un grand dévouement humain, et à la fois aux services de police, de gendarmerie, de santé et d’administration qui sont surchargés par ce phénomène migratoire.
J’ai déjà eu l’occasion de dire un certain nombre de choses dans cette assemblée. Je pense que, même si rien localement n’aurait stoppé l’arrivée de migrants, certaines décisions ont contribué à créer un appel d’air. Je n’ai pas peur des mots et encore moins des critiques, il faut dire les choses.
Les moyens de communications dont disposent les migrants ont pu servir à conseiller l’itinéraire de Briançon, sans compter les trajets effectués par des citoyens entre le Briançonnais et l’Italie … nous sommes toutes et tous au courant de ce qu’il se passe ! Des dizaines de milliers attendent en Italie …
La politique d’accueil de Briançon est aujourd’hui dans une impasse. Nous avons été destinataires du mail du Collectif Refuge Solidaire comme vous. Une réunion est d’ailleurs prévue le 15 novembre prochain. J’aurais aimé que la délibération de ce soir puisse attendre cette réunion et les décisions qui y seront éventuellement prises.
Je souhaiterais également que Briançon et les communes alentours puissent cesser de mobiliser toute cette énergie. Je le répète, c’est à l’Etat de prendre ses responsabilités. Nous devons taper du poing sur la table, notre collectivité en a déjà fait beaucoup. Monsieur le Maire, interpellez le Préfet, le député, le Président de la République, battez-vous !
Je ne peux pas approuver cette délibération pour toutes ces raisons.
Je ne peux pas humainement voter contre. Je m’abstiendrai en espérant qu’un plan d’ensemble puisse bientôt voir le jour avec l’aide de l’Etat.  

solidarité