Eco Mobil

Hautes-Alpes : le procès de l'affaire Océane se resserre autour d'une seule question

C'est ce lundi qu'ont commencé les assises. 4 affaires vont être jugées par la cour d'assises de Gap jusqu'au 25 mai. Parmi elles, l'affaire dite "Océane" qui début dès ce lundi. La jeune fille sortait d'une boîte de nuit le 16 août 2015. Des tensions ont alors éclaté entre le groupe d'amis d'Océane et celui de l'accusé . La voiture de ce dernier est alors caillassée. Il fonce en voiture sans voir Océane. Grièvement blessée, elle est transportée à l'hôpital Nord de Marseille mais décède quelques semaines plus tard. Alors geste volontaire ou non ?

Hier, l'accusé Loic Toninelli a assumé ses responsabilités dans le drame qui a coûté la vie en 2015 à cette jeune fille de 18 ans renversée à la sortie d'une boîte de nuit à Briançon sud.

Accusé de tentative de meurtre, il se défend : "je n'ai jamais voulu tuer personne tout en assumant avoir voulu régler ses comptes avec ceux qui avaient caillaissé sa voiture, des jeunes des Toulouzanes dont l'un d'entre eux a été condamné à 6 mois la semaine dernière pour ces faits.

L'examen de personnalité de l'accusé n'a fait que confirmer que c'était "un bon jeune" comme on dit familièrement, mais voilà, le drame dépasse largement ces considérations.
Ce mardi, comme on pouvait s'y attendre, le débat entre tentative de meurtre ou accident se resserre sur une seule question : 

Loic Toninelli a-t-il eu l'intention ou pas de foncer sur le groupe ce triste matin du 16 août 2015 ?

Maître Charmasson plaide donc pour un geste qui n'est en aucun cas intentionnel. Du côté de la famille de la victime, Maître Christine d'Arrigo n'est pas du même avis.

Dans tous les cas, elle souhaite que ce procès puisse permettre à la famille de comprendre ce qu'il s'est réellement passé ce soir-là.

 

 

Intention ou pas