Les grands bains

Migrants : un rassemblement empreint d'émotion ce mercredi soir à La Vachette près de Briançon

Comme convenu, plusieurs dizaines de personnes se sont réunies ce mercredi soir à La Vachette près de Briançon à l'endroit même où un contrôle de police aurait généré la fuite puis la noyade de cette jeune migrante nigériane de 21 ans : une marche et des prises de parole pour dénoncer aussi la politique de l’État Français.

A l'appel de Tous Migrants, il s'agissait de rendre hommage Mathew Blessing qui se serait noyée en fuyant un contrôle de police, ce que le Parquet de Gap n'a ni confirmé ni infirmé pour l'heure.

Par ailleurs, et pendant près de deux heures, une cinquantaine de personnes ont occupé la frontière à Montgenèvre ce mercredi midi pour dénoncer les actions de l’État Français.

Alors qu'on est toujours dans l'attente de la confirmation ou pas de l'identité du corps de la jeune femme retrouvée dans la Durance il y a une semaine, la famille dont la sœur de celle qui pourrait être la victime est arrivée hier à Clavière en Italie à deux pas de la frontière. Un rassemblement a lieu depuis 11h30 à la frontière à l'initiative des militants pro-migrants qui occupent le sous-sol de l'église de Clavière. Dans le même temps, les militants d’extrême droite de " Génération Identitaire" continuent à écumer le secteur ce que dénonce, élément à l'appui, la municipalité de Briançon qui demande à l’État de faire cesser leur manège et leurs actions.

 

 

Retrouvez également notre reportage lors de la veillée organisée ce mercredi soir

 

 

Le texte de tous Migrants

SO SORRY
Que la terre luis soit légère

Ce soir à la Vachette, au bord de la Durance ces quelques mots adressés à la famille de Blessing.

Comment vous dire ? / So Sorry

A vous les sœurs de Blessing, à vous tous les membres de sa famille et tous ses amis, qui avez perdu le sourire de Blessing, comment vous dire notre tristesse, notre désarroi, notre colère de savoir que c’est dans notre pays, dans nos montagnes que Blessing s’est perdue à jamais ?
Comment vous dire combien chacun d’entre nous voudrait s’associer profondément à votre chagrin de l’avoir perdue si jeune, en plein espoir d’une vie meilleure ?

Mais nous avons si honte des sombres événements qui se produisent dans nos montagnes depuis de nombreux mois, que nous osons à peine vous adresser ces quelques mots de compassion.
Certains d’entre nous sillonnent les montagnes pour tenter de vous protéger contre ces drames nocturnes, d’autres vous accueillent dans les refuges solidaires ou dans leurs maisons, et vous accompagnent dans vos longs et douloureux périples, parfois à leurs risques et périls.
Mais comment vous dire notre impuissance à permettre que vous soyez toujours accueillis dans le respect et la dignité, malgré toute notre bonne volonté ?

Nous ne connaissions pas Blessing mais chacun de nous peut se reconnaître en elle, qui aspirait simplement à construire sa vie.
Comment vous dire que nous saluons le courage qu’il lui a fallu, ainsi qu’à vous tous, pour tout quitter et arriver jusqu’à nous, dans l’espoir d’un possible que vous ne trouvez plus chez vous ?

La mort de Blessing, nous la portons tous en nous, non seulement comme un drame personnel, mais aussi comme un échec de notre France soit-disant des droits de l'homme, de notre Europe qui ne sait pas ouvrir ses portes.
Comment vous dire que nous ne voulons pas que sa mort soit vaine, que nous nous battrons pour qu'elle ne tombe pas dans l'oubli, et pour que les lois changent ou soient appliquées ?

Comment vous dire que chacune des fleurs, chacune des bougies que nous allumons ce soir pour Blessing, est un désir de s’associer à votre peine, un chuchotement de réconfort à votre oreille.

Comment vous dire que jamais plus nous ne pourrons regarder les belles rivières de nos vallées : La Clarée, la Durance, sans penser à Blessing, à vous tous, au combat de solidarité qui est le nôtre ?

Puisse Blessing nous donner la force de ne jamais baisser les bras.

Que la terre lui soit légère / Rest in peace

 

 

 

 

Tensions