Les grands bains

Hautes-Alpes : les 4 militants de "Tous Migrants" entendus ce mardi comparaîtront le 8 novembre prochain

140 personnes au plus fort de la manifestation étaient mobilisées ce mardi matin devant la gendarmerie de Briançon : le collectif "Tous migrants" entend soutenir 4 de leurs collègues en garde à vue après la manifestation du 22 avril qui avait dégénéré à la frontière de Montgenèvre puis à Briançon. 3 hommes et une femme selon le collectif sont actuellement entendus pour "aide à l'entrée irrégulière" d'étrangers "en bande organisée". Parmi eux, plusieurs membres du conseil d'administration du collectif. Ils seront convoqués devant le tribunal, le 8 novembre prochain.

Le procureur a fait le point sur ces auditions ce mardi soir :

- Les quatre personnes se sont présentées sans contrainte à leurs convocations par les gendarmes mais elle ont refusé de répondre à toutes les questions portant sur les faits au cours de leur garde à vue.- Les gardes à vue ont été levées en fin d'après-midi avec délivrance aux quatre personnes d'une COPJ pour le 8 novembre 2018 à 8h30 ainsi libellée (identique à celle retenue pour la comparution immédiate dans le cadre de la première procédure) :

d'avoir à MONTGENEVRE (Hautes-Alpes), le 22 avril 2018, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l'entrée irrégulière en France de plus d'une vingtaine d'étrangers, avec cette circonstance que les faits ont été commis en bande organisée, en l'espèce en leur faisant passer la frontière franco-italienne par l'organisation d'un attroupement concerté de plus d'une centaine de personnes entourant physiquement ces étrangers et les encadrant avec des véhicules afin d'empêcher leur contrôle au poste de la police aux frontières, puis afin de les faire échapper au dispositif mis en place par la gendarmerie nationale et de les escorter jusqu'à Briançon ;

Faits prévus et réprimés par les articles L.622-1, L.622-3, L.622-5 à L.622-9 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile.

 

 

 

convoqués
Hautes-Alpes
migrants