Serre che

Hautes-Alpes : Le département vote à l'unanimité la perspective de gèrer les retenues du Sautet et de Serre-Ponçon : une perspective historique

Et si les Hautes-Alpes géraient et maîtrisaient ce qui constitue l'une de leurs principales richesses à savoir l'eau. la perspective a été votée à l'unanimité ce vendredi au Conseil Départemental.

C'est tout l'enjeu de la délibération de principe qui sera votée ce vendredi au Conseil Départemental : gérer et exploiter 2 des grands barrages de notre région, le lac du Sautet entre les Hautes-Alpes et l'Isère sur le Drac et bien sûr la retenue de Serre-Ponçon sur la Durance. Une délibération qui pourrait bien rentrer dans l'histoire. L'enjeu est de taille, maîtriser la ressource en eau qui prendra de plus en plus de valeur au fil des siècles et au bout obtenir un juste retour financier sur cette richesse qui est pour l'instant donnée sans contrepartie aux agriculteurs et à EDF pour la production électrique. A cela s'ajoute la vocation touristique des retenues non inscrite dans la loi et sur laquelle pourra veiller encore mieux un département qui deviendrait le décideur. C'est donc vendredi que cette délibération de principe sera votée dans le cadre de l'obligation faite à la France par l'Europe d'ouvrir la concurrence sur les barrages. Le département des Hautes-Alpes sera donc candidat en s'adossant en temps voulu à l'un des opérateurs énergétique français à l'image d'EDF. Pour mémoire, la chaîne Durance-Verdon à elle seule représente 1/3 de la ressource en eau de l'ensemble de la Région Sud PACA. Alors justement, rejoignons Jean-Marc Passeron au pied du barrage de Serre-Ponçon en compagnie d'Yvan Chaix le directeur de l'Agence de Développement des Hautes-Alpes, pour mieux comprendre les enjeux et l'ampleur historique de ce vote du Département :

 

Le communiqué

Les Haut-Alpins veulent gérer les barrages hydrauliques de leur département, notamment celui de Serre-Ponçon
Ce vendredi 12 juillet, le Conseil Départemental des Hautes-Alpes délibèrera pour gérer Serre-Ponçon et les barrages hydrauliques du département au travers de Sociétés d’Economie Mixte (SEM) Hydroélectriques.
Au moment où la France est mise en demeure par la Commission Européenne d’ouvrir à la concurrence la gestion de quelque 150 barrages, les Haut-Alpins font entendre ne voix singulière dans le débat, celle des territoires. L’ambition est clairement affichée : gérer ces ouvrages pour préserver une ressource rare et fragile, mieux réguler les usages et répartir équitablement la richesse créée.
Un défi de taille car l’eau est incontestablement l’un des grands enjeux du siècle qui s’ouvre.
La création de SEM Hydroélectriques : une opportunité pour les Hautes-Alpes La Commission Européenne a récemment mis en demeure la France d’ouvrir les
concessions hydroélectriques à la concurrence notamment du fait de la position monopolistique d’Électricité de France (EDF) qui détient 80 % des concessions et produit 66% de l’énergie issue de l’hydraulique. L’hydroélectricité représente 10 à 12 % de la production d’électricité nationale et 61 % de celle d’origine renouvelable.
Les Hautes-Alpes se saisissent de cette opportunité et de celle offerte par la Loi de transition  énergétique pour la croissance verte, qui prévoit, sur décision de l'État, la possibilité de créer un partenariat public-privé au travers de SEM Hydroélectriques pour exploiter les barrages. Ces sociétés nouvelles permettent d’associer collectivités et énergéticiens selon une répartition du capital relativement flexible (34% à 66% pour l’ensemble des personnes
publiques avec un minimum de 34% pour l’opérateur). Le département compte une quinzaine d’ouvrages. Presque tous sont propriété de l’État et
exploités par EDF, notamment celui de Serre-Ponçon, l’un des plus gigantesques de France, construit dans les années cinquante pour « dompter » la Durance.
Gérer les barrages pour préserver la ressource et réguler les usages de l’eau
Les Hautes-Alpes reçoivent en moyenne deux fois plus d’eau qu’ailleurs en Europe. Une chance pour ces hautes vallées. L’eau est pourtant une ressource naturelle rare et fragile, quand le besoin d’eau, lui, ne cesse de croître. Cette oscillation crée de nombreux conflits
d’usage entre consommation d’eau potable, production d’énergie, irrigation agricole, activités artisanales, industrielles ou de loisirs. Des conflits intensifiés par les évolutions du climat.
Dans ce contexte, la gestion des barrages hydrauliques ne doit pas être abordée sous le seul angle de la production d’énergie et de la prévention des crues. Lorsqu’il fait varier le niveau d’eau, l’exploitant a un impact sur l’irrigation, la pêche ou le tourisme, tout comme il porte une immense responsabilité écologique.
Ce qui se joue aussi, c’est la solidarité entre les territoires ainsi qu’une répartition équitable de la richesse : en amont, les Hautes-Alpes où la Durance prend sa source et où se dresse le barrage de Serre-Ponçon ; en aval, la Provence grande consommatrice d’eau avec ses
millions d’habitants et son économie florissante.
« Les Hautes-Alpes fournissent l’essentiel de l’eau consommée en région Provence-Alpes- Côte d’Azur. Nous devons faire entendre la voix des Haut-Alpins pour préserver la ressource, mieux réguler les usages et partager plus équitablement la richesse créée. C’est pourquoi, le Département des Hautes-Alpes se porte candidat à la gestion des ouvrages implantés sur son territoire au travers de SEM Hydroélectriques», explique Jean-Marie
Bernard, le Président du Département des Hautes-Alpes.
Le Sautet aujourd’hui, Serre-Ponçon demain
Si la concession du barrage du Sautet (le barrage est situé en Isère mais trois communes des Hautes-Alpes le long du Drac sont dans le périmètre de la concession) est arrivée à échéance, la date de renouvellement de celle de Serre-Ponçon est plus incertaine car l’État pourrait regrouper plusieurs ouvrages de la chaîne Durance-Verdon pour une concession unique. Ce qui est certain, c’est que pour l’un comme pour l’autre, le Département des Hautes-Alpes pourrait appeler de ses vœux la création de SEM Hydroélectriques, dans
lesquelles il prendrait des participations.
Reste à convaincre l’État du bien-fondé de la démarche.

Hautes-Alpes : le conseil départemental vote pour la privatisation du barrage de Serre-Ponçon from ALTO Dici Radio on Vimeo.

 

HAUTES-EAUX
Hautes-Alpes