bannierre proman

Hautes-Alpes : "Fortes inquiétudes" pour le niveau de Serre-Ponçon pour la fin de l'été

C'est une réunion en urgence qui a été organisée : objectif faire le point sur le niveau anormalement bas du lac de Serre-Ponçon pour un début juillet. A l'habitude, et c'est un engagement moral, EDF veille à ce que le lac soit à sa côte maximale (780 m) au 1er juillet. Hors ce n'est pas le cas cette année et pour reprendre le compte rendu de la réunion, de "fortes inquiétudes" se font jour pour la fin de saison. En effet, si le niveau du lac permet de bien lancer la saison, tout le monde se demande ce que cela va donner pour l'après 15 août . Autant le dire, chacun s'attend voire se prépare à des moments délicats. Lors de cette réunion, EDF a indiqué qu'ils allaient continuer à remplir "un peu" le lac jusqu'au 14 juillet mais que la sollicitation des agriculteurs était forte en aval. L'acquisition de mouillages de secours est du coup envisagée sachant que Victor Berenguel le président du SMADESEP a contacté les irrigants de moyenne et basse Durance pour leur demander de faire au mieux pour limiter leur consommation de l'eau de Serre-Ponçon.

Voici le compte rendu de la réunion 

Compte-tenu d'une cote de remplissage assez basse pour la saison, le Président du SMADESEP, Victor BERENGUEL, a convié ce matin les membres du Bureau et les représentants des acteurs socioprofessionnels à une réunion d'information et d'échanges mutuels avec Edf, concessionnaire de la retenue. Cet entretien aura permis de traduire les inquiétudes fortes face à la difficulté d'obtenir le remplissage optimum du grand lac alpin. Il aura également donné la possibilité à la délégation d'Edf d'expliquer les raisons de la situation actuelle, occasionnée tout à la fois par la fonte nivale très tardive et la sollicitation agricole accrue à l'aval. Les récents orages, qui n'auront malheureusement concerné que les secteurs alpins, permettent toutefois d'espérer que le remplissage de la retenue puisse se poursuivre jusqu'au 10-15 juillet. Face au risque possible d'une dernière quinzaine d'août difficile, le SMADESEP sollicite la plus grande vigilance d'Edf, qui demeure parfaitement conscient des difficultés qu'engendrerait une baisse précoce de la cote sous 775 m NGF. Il réclame également du concessionnaire une information très régulière pour anticiper autant que possible ces éventuels problèmes, notamment sur les activités professionnelles des prestataires d'activités. A cet effet, il envisage l'acquisition rapide de mouillages de secours, permettant de sécuriser autant que possible une grande partie de ces activités. Le Président se propose enfin de contacter en urgence le Directeur de la Commission Exécutive de la Durance, qui veille à l'affectation des droits d'eau sur Serre-Ponçon, qui s'établissent à 156 millions de m3 entre le 1ier juillet et le 31 août: le risque pesant sur le maintien fin août de la cote de compatibilité touristique du lac, justifie en effet que les irrigants de la basse et moyenne Durance, puissent, dans la mesure de leurs possibilités, prendre conscience de la situation dans laquelle pourraient se retrouver les lacs de barrage du fait d'une sollicitation agricole accrue par plusieurs mois de sécheresse à l'aval.

Le sentiment de Marc Viossat Conseiller départemental

Ce matin rencontre entre EDF, les représentants des socioprofessionnels du lac de Serre Ponçon et le SMADESEP, sur le sujet du niveau de la retenue.
Discussion franche et tendue qui démontre notre inquiétude sur ce niveau .
Aujourd’hui nous sommes à moins 3m de la côte maximum de la retenue ( 777 m alors que la côte maxi est de 780 m ) .Les débits entrants permettent une remontée d’environ 15 cm par jour. Le maximum d’eau sera obtenu entre le 12 et le 14 juillet avec un niveau qui sera inférieur de l’ordre de 2m à la côte maxi .
L’inquiétude immédiate réside sur la suite de la saison estivale où nous risquons d’avoir une baisse régulière du lac.
Inquiétude profonde pour l’avenir notamment au vu des évolutions climatiques qui risquent d’amplifier ce phénomène.
Vigilance et détermination sont les maîtres mots de notre action.

C'est d'ailleurs ce vendredi que le Conseil Départemental réuni en séance plénière votera une décision qui devrait devenir historique : il s'agit ni plus ni moins que de reprendre en gestion l'exploitation de deux lacs majeurs de notre territoire à savoir le lac du Sautet à cheval entre les Hautes-Alpes et l'Isère et celui de Serre-Ponçon trait d'union des Hautes-Alpes et des Alpes de Haute-Provence.

Une décision et une stratégie, sur laquelle nous reviendrons avec Jean-Marie Bernard le président du Conseil Départemental et l'Agence de Développement Économique, qui visent à travailler dans deux directions : maîtriser la richesse que constitue l'eau dans nos territoires mais également garantir les activités économiques liées à l'exploitation touristique des lacs qui ne sont pas inscrites dans la loi. Tout cela fait suite à  la directive européenne qui impose la privatisation des barrages. Si pour celui de Serre-Ponçon l'échéance est à 2050, elle est déjà lancée pour le barrage du Sautet d'où la décision prise par le conseil départemental des Hautes-Alpes qui se concrétisera vendredi prochain très probablement à l'unanimité.

Une décision d'importance qui vise à permettre aux habitants de maîtriser la ressource en eau mais également de contourner le problème légal puisque la loi à ce stade n'oblige pas les opérateurs à prendre en compte l'exploitation touristique les barrages. Ils ont été réalisés pour maîtriser les rivières, produire de l'énergie et permettre l'irrigation de la Provence comme on le sait pour le lac de Serre-Ponçon. Une perspective qui pourrait se  faire en partenariat avec l'opérateur historique EDF et qui va , si elle se concrétise, rassurer beaucoup de monde puisque certains s'inquiétaient de voir des opérateurs privés arriver et s'en tenir au strict cadre légal. Si EDF depuis des années compose avec l'activité touristique, ce ne serait peut être pas le cas d un autre opérateur.

On retrouve sur place à la Baie Saint-Michel de Serre-Ponçon pour évoquer ces sujets Jean-Marc Passeron en compagnie d'Éric Gillio-Tos, le patron de la plage des Pommiers,  qui est d'ailleurs  inquiet du relatif bas niveau du lac en ce début de saison : l'après 15 août cette année risque de poser problème.

faudra de la pluie
Hautes-Alpes
Serre Ponçon
Sautet