Serre che

Alpes de Haute-Provence : Après l'éboulement, le maire des Mées lance un appel pour trouver des logements disponibles

Appel du maire des Mées 04 suite à l'éboulement d'un rocher sur des maisons du village.

"Nous faisons appel aux personnes ayant des logements T2 T3 T4 disponibles, à loyer raisonnable, pour nos sinistrés de la commune.
Merci de contacter la mairie au 0492340301 dès demain."

5 jours après l'effondrement d'un Pénitent au Mées, le village est toujours abasourdi, pour ne pas dire assommé ... Bien sûr , les choses reviennent à la normale avec en particulier le retour de l'eau mais le traumatisme est bien là même si par miracle, l'éboulement n'a pas fait de dégât humain.  Ce sont 47 personnes qui sont relogées pour certains provisoirement dans l'attente des travaux qui risquent de durer longtemps malgré toute l'énergie et la bonne volonté que déploient la Mairie, les pompiers et les entreprises. Alors Jean-Marc Passeron est justement allé sur place dans les décombres et les gravats avec le maire de la commune Gérard Paul encore convalescent de son retour de l'hôpital au moment de l'éboulement. 

Quatre jours après la chute du pénitent des Mées, la situation s'apaise sur place. D'abord parce que l'alimentation en eau a été rétablie en un délais record sachant qu'elle pourra être utilisée avant la fin de semaine après les traitements et les analyses Ad hoc. Ensuite parce que la zone rouge d'exclusion a été réduite.

Pour le reste il va falloir... de la patience: en effet l’intérieur de cette zone,  une trentaine de logements resteront inaccessibles durablement, il est question d'au moins deux mois. Les habitants concernés ont tous été relogés vous le savez provisoirement et l commune a engagé un travail d’accompagnement individuel, au cas par cas, afin de trouver des solutions de relogement plus pérennes que ce qui a été fait dans l'urgence depuis lundi, à l'image de l'hébergement dans la famille ou chez des amis. Les riverains et les entreprises pourront par ailleurs accéder ponctuellement au site, sous bonne garde, c'est à dire en présence de sapeurs-pompiers et dans des conditions sécurisées.

Il va donc falloir du temps car le problème ne se réglera pas d'un coup de baguette magique. La bonne nouvelle, vous le savez, c'est qu'il n'y a pas de risques imminents sur les autres Pénitents. La mauvaise c'est que, comme nous vous l'avons dit, le risque d’éboulement d’un autre rocher dans la "cicatrice" du Pénitent tombé d’environ 2 000 m³ est confirmé. Les études vont être engagées dans les prochains jours pour déterminer les modalités permettant de purger ce bloc dans les conditions de sécurité optimales. Il est question de le faire exploser par petit bout pour simplifier.

Reste une question : Que faire du pénitent effondré sur les maisons...et de 3000 m³ ? A ce stade on réfléchit: pas aisé de le faire exploser si près du centre ville. faut-il le détruire petit à petit? Ou alors  le laisser sur place, un peu comme le souvenir d'un moment difficile qui restera dans l'histoire de notre région est  qui, miracle, n'a pas fait de dégâts humains. Un événement  qui aura eu pour seul mérite de faire connaître les Pénitents des Mées dans le France entière. Ils vont devenir d'ailleurs l'une des portes d'entrée de l'Unesco Géopark de Haute-Provence basé à Digne dont l’agrément vient tout juste d'être renouvelé.

En tout cas , tout le monde s'accorde pour saluer l'efficacité de tous sur le terrain et en premier lieu de la municipalité.

Le point ce jeudi

Ce jeudi 5 décembre 2019, Gérard PAUL, maire des Mées, les élus de la commune, et Christophe COUSIN, directeur des services du cabinet, représentant Olivier
JACOB, préfet des Alpes-de-Haute-Provence, ont tenu une réunion afin de faire un nouveau point de situation sur l’éboulement d’un Pénitent.
Les services municipaux, le service départemental d’incendie et de secours (SDIS), la gendarmerie, ainsi que l’opérateur de téléphonie Orange ont également participé à
cette réunion, au cours de laquelle différentes priorités ont été abordées.
Compte-tenu du risque d’éboulement de roches provenant de la cicatrice du Pénitent tombé, une zone d’exclusion a été définie et sécurisée. À l’intérieur de cette zone, dont le périmètre a été réduit à deux reprises depuis lundi soir, une trentaine de logements resteront inaccessibles. Les habitants concernés ont tous été relogés provisoirement. La commune a engagé un travail d’accompagnement individuel afin de trouver des solutions de relogement plus pérennes. De même, un protocole va être activé pour les riverains et les entreprises ayant nécessité d’accéder ponctuellement au site, en présence de sapeurs-pompiers et dans des conditions sécurisées.
Les travaux de dérivation de la canalisation rompue lors de l’éboulement ont été achevés pendant la nuit. Jusqu’au rétablissement du réseau d’eau, la mairie poursuit
la distribution de bouteilles pour la consommation humaine. L’approvisionnement en eau courante, pour les usages communs, est quant à lui assuré par distribution à des
cuves. Dans un premier temps, lors de la remise sous pression du réseau, l’eau sera impropre à la consommation. Ce n’est en effet qu’à l’issue des opérations de
traitement, qui seront suivies de prélèvements et d’analyses, que l'eau sera déclarée conforme aux normes en vigueur d'ici la fin de la semaine.
À la suite de la sécurisation des autres réseaux, l’électricité a été rétablie, à l’exception de la zone d’exclusion, pour des raisons de sécurité. La commune, en
lien avec GRDF et les opérateurs de téléphonie, est mobilisée pour réduire au maximum les délais de rétablissement du service pour les quelques logements qui en
sont encore privés.
Par ailleurs, au terme de la première analyse de la cicatrice du Pénitent tombé, le service de restauration des terrains en montagne (RTM) et le Centre d'études et
d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema) ont confirmé un nouveau risque d’éboulement d’un rocher d’environ 2 000 m3 et
l’absence de risque imminent sur les autres Pénitents. Les études vont être engagées dans les prochains jours pour déterminer les modalités permettant de purger ce bloc
dans les conditions de sécurité optimales.
Le préfet souligne le civisme et la solidarité dont font preuve les habitants des Mées dans cette situation difficile, réaffirme le plein soutien des services de l’État aux élus
et à la population, et remercie les entreprises qui interviennent dans la sécurisation du site pour leur engagement.

 

 

 

 

 

 

Article précédent

Ils n’en reviennent toujours pas. Un rocher des Pénitents des Mées s’est effondrée ce lundi en plein cœur du village. Deux habitations ont été détruites, dont une… entièrement. Le drame s’est produit aux alentours de 16 heures. Pas moins d’une centaine de sapeurs-pompiers ont rapidement été dépêchés sur place pour sécuriser les lieux et tenter de déblayer les 3 000 m2 de gravats.

Jacques et Martine Brunet ont assisté à la scène, impuissants. L’une des pierres est littéralement tombée sur leur maison avec un bruit fracassant. Tous deux ont réussi à s’extirper de leur habitation en passant par la fenêtre de leur chambre :



Ce couple a vu une partie de sa vie partir en fumée. Il avait décidé de venir s’installer dans la commune il y a seulement quelques mois et avait emménagé dans cette maison en juillet dernier.

Alors, par chance, cet effondrement n’a fait aucun blessé grave. Seul, deux habitants ont légèrement été touchés. 65 habitations, soit une cinquantaine de personnes, ont été évacuées par les secouristes et les forces de l’ordre. Une vingtaine d’habitants ont dû être pris en charge par la municipalité et ont été dans l’obligation de passer la nuit au sein de la salle polyvalente :



Au lendemain de ce sinistre, un spectacle de désolation s’est offert aux habitants. Une réunion a été organisée en mairie en présence d’élus et d’experts de RTM (restauration des terrains en montagne) et de l’ONF afin d’effectuer les premières constatations. Des analyses vont être réalisées, tout au long de la journée, afin de vérifier la solidité du rocher. La roche demeure sous haute surveillance. Des survols en hélicoptère sont aussi organisés. Selon les experts, l’état de la falaise est, pour l’heure, assez rassurant. Rappelons qu’aucun risque d’effondrement ou d’éboulement n’avait, jusqu'à présent, été communiqué ou évoqué par les spécialistes :



Un périmètre de sécurité a, depuis ce lundi soir, été mis en place par les forces de l’ordre.

Les sinistrés de la commune des Mées ont pu, ce mardi en fin d'après-midi, récupérer quelques affaires dans leur habitation. Des biens de première nécessité. Après des heures d'attentes, ils ont été accompagnés dans les ruelles du village par les gendarmes et les secouristes. Munis de sacs, de valises ou encore de cartons... Les habitants n'ont eu que quelques minutes avant de devoir, à nouveau, quitter les lieux. C'est le cas de Patrick. Il habite à seulement quelques mètres de l'endroit où le Pénitent s'est effondré :



Le gaz et l’électricité ont été coupés au sein du quartier. La principale canalisation d’eau potable a, quant à elle, été rompue. Pas moins de 250 foyers sont sans courant et près de 4 000 personnes sont actuellement privées d’eau :



Une distribution de pack d’eau a été organisée en fin de matinée par la municipalité au sein de la salle polyvalente :



Un événement hors norme qui a généra un bel élan de solidarité chez les habitants :



Une collecte pour les sinistrés du village a été lancée par un couple de Dignois. Marjorie et Geoffrey ont posté sur Facebook un appel aux dons. Denrées alimentaires, vêtements ou encore ameublement… Chaque geste est important. Le lien est à retrouver sur le compte "Les bons plans du 04" ainsi que sur "Infos contrôles police 04/05".

Article précédent

Une colonne des Pénitents des Mées s'est effondrée sur des habitations, rue de la Liberté, ce lundi après-midi vers 16h15. De gros rochers ont percuté cinq habitations, trois ont été entièrement détruites. Les pompiers se sont rapidement rendus sur les lieux. Ils ont commencé à déblayer les décombres, au moins 3000 m³ de gravats, pour s'assurer qu'il n'y avait aucune victime dessous. D'après les secours, il y a eu deux blessés légers et choqués, et pris en charge par les secouristes.

L'inquiétude des services, c'est que les éboulements perdurent et que d'autres colonnes s'effondrent. Ils ont procédé à l'évacuation complète du quartier. Seuls deux personnes ont refusé de quitter leur logement.

Quatre-vingt sapeurs-pompiers ont été mobilisés ainsi que des  maîtres-chien. Les opérations de secours sont menées en concertation avec les services de RTM (restauration des terrains en montagne) ainsi que les équipes de GRDF et d’Enedis. Le gaz et l'électricité ont été coupés dans tout le périmètre.

Le Ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, ancien député-maire de Forcalquier, est sur place.

D!CI TV : le colonel Pignaud fait le point sur l'effondrement des Pénitents des Mées from ALTO Dici Radio on Vimeo.

 

 

Communiqué de la préfecture :

Ce lundi 2 décembre 2019 à 16h15, un éboulement d’un Pénitent s’est produit sur la commune des Mées à la suite des conditions météorologiques très défavorables de ces derniers jours rendant une partie du terrain instable.
Deux personnes légèrement blessées ont été prises en charge sur site par les secours. Aucune autre victime n’est signalée.
Trois maisons ont été détruites. Les sapeurs-pompiers ont procédé à la visite d’une soixantaine de logements dans le périmètre de sécurité. Une vingtaine de personnes a été évacuée de manière préventive. Deux ont refusé de quitter leur habitation.
La mairie des Mées a ouvert une salle dans le cadre de son plan communal de sauvegarde. Une quarantaine de personnes y est actuellement accueillie.
Le gaz et l’électricité sont coupés dans le périmètre de sécurité lié à l'éboulement.
L’eau est coupée dans le centre-bourg (environ 1 500 abonnés). La mairie va organiser le ravitaillement de la population.
La RD4 est fermée à la circulation dans l’agglomération des Mées (à l’exception des riverains). Une déviation a été mise en place depuis Malijai, Château-Arnoux-Saint-Auban, Peyruis et La Brillanne par la RN85 puis la RD4096.
Plus de quatre-vingts sapeurs-pompiers des Alpes-de-Haute-Provence sont déployés et seront prochainement renforcés par une vingtaine en provenance des départements voisins. Quatre équipes cynophiles sont actuellement mobilisées. La cellule d’urgence médico-psychologique (CUMP) du Samu 04 se rend sur place.
Les opérations de secours sont menées en concertation avec les services de RTM (restauration des terrains en montagne) ainsi que les équipes de GRDF et d’Enedis.
Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur s’est rendu sur le site.​

Mon image

Mon image

Mon image

 

appel
Les Mées
Alpes de Haute-Provence