FOND_ECRAN_Komilfo_MARS_2017

Hautes-Alpes/ rocade de Gap : le maire de Gap "très sceptique " sur une mise en service fin 2022

Nous l'évoquions un point sur le chantier de la rocade de Gap a été fait en début de semaine avec l'annonce de l'ouverture du tronçon centra au mieux en 2022 et toujours pas d’échéances claires pour la suite.

Dans un communiqué ce jeudi le maire de Gap dénonce le retard pris mais aussi... les dérapages financiers. Il considère que la ville et le département prise en otage et de se dire  « très sceptique sur la possibilité de mettre en service la totalité de la section centrale de la rocade fin 2022».

 

 

Le communiqué :

Rocade : le maire de Gap dénonce le retard pris et les dérapages financiers

Le comité de pilotage de la rocade de Gap s'est réuni ce lundi 16 décembre sous la présidence de la préfète des Hautes-Alpes, Cécile Bigot-Dekeyzer, en présence de Roger Didier, maire de Gap et vice-président de la Région, et de Marcel Cannat, vice-président du Département. A cette occasion, les services de l'Etat, maître d'ouvrage de la rocade, ont annoncé une mise en service,
« sauf nouveaux aléas », fin 2022, soit avec un retard de deux ans. Qui plus est, le chiffrage, qui était initialement de 49,3 M€, est désormais passé à 56 M€ (dont près de 9,3 M€ à la charge de
la Ville de Gap, qui finance le projet à hauteur de 16,6 %).
Lors de cette réunion, le maire de Gap a exprimé son « mécontentement » à la fois en raison des retards pris et des dérapages financiers. Ceux-ci sont notamment liés aux mouvements de
terrain que le chantier a provoqués, depuis 2016, dans le Val de Bonne. Ces difficultés géologiques ont entraîné une procédure devant le tribunal administratif de Marseille, qui a
ordonné une expertise judiciaire, actuellement toujours en cours. La DREAL (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) a par ailleurs commandé une nouvelle
étude géotechnique sur un périmètre plus large, afin de s'assurer du renforcement de l'ensemble du versant. Ces difficultés ont amené l'Etat à rompre un marché public, générant des frais de
résiliation de 600 000 € environ.
« Nous sommes face à une accumulation de frais, pour laquelle nos collectivités se trouvent prises en otages, et le passage du Val de Bonne est en situation de blocage complet », considère
Roger Didier, qui est « très sceptique sur la possibilité de mettre en service la totalité de la section centrale de la rocade fin 2022».

L'insatisfaction de Roger Didier concerne aussi le futur carrefour du Sénateur. Le projet actuel nécessiterait 11 mois de travaux, avec des perturbations à prévoir pendant le chantier sur l'axe
Gap-Veynes. Il ne permettrait pas l'ouverture partielle de la rocade entre les carrefours du Sénateur et des Aurouze avant fin 2021. Faute de pouvoir livrer la section entière dans des délais
raisonnables, cette mise en service partielle, dont le principe a été obtenu par le maire de Gap, faciliterait dans un premier temps la desserte inter-quartiers, soulageant ainsi le trafic rue Jean-
Macé et dans le centre-ville notamment.

« Au carrefour du Sénateur, le projet actuel est une véritable usine à gaz », observe Roger Didier. « J'ai donc proposé que la Ville de Gap assure la maîtrise d'ouvrage du carrefour en lieu et place
de l'Etat. Nous pouvons arriver à quelque chose de plus simple, de moins cher et de plus rapide à réaliser. » L'objectif d'une mise en service de la partie Sénateur-Aurouze de la rocade fin 2020
serait ainsi envisageable, « si les travaux de voirie sur ce tronçon se terminent dans l'intervalle ». Le maire de Gap prend acte des annonces de l'Etat concernant la sécurisation de la route des Eyssagnières, côté Sud, et se félicite du lancement, mi-2020, des études nécessaires à la réalisation de la section Nord (entre la RN 85 et la RN 94). « La section Nord est indispensable à la rocade de Gap pour réellement soulager le trafic de transit dans la ville et le lancement des études par l'Etat est le signe que le projet n'est plus au point mort », déclare Roger Didier.
 

Précision utile de la préfecture ce mercredi au sujet de la rocade de gap : Les études d’opportunité relatives à la section Nord de la rocade de Gap que l’État lancera mi-2020 ( financées à 100 % par l’État  n'est pas une étude pour savoir s'il faut ou pas faire cette section, mais plutôt comment : quels sont les scénarios possible en matière d'aménagements ? C'est une phase préalable à l'enquête publique.  Il est vrai que 40 ans c'était un peut court pour étudier "les scénarios possibles en matière d'aménagement".

Le comique de répétition c'est tout un art.
 

Ah la rocade de Gap! Le feuilleton est toujours sympathique à suivre même si on en est à la saison 40! Seul défaut, en attendant l'épilogue  prévu à priori au 21è siècle, les camions continuent à traverser Gap comme les voitures.
Ce lundi un point global a été réalisé en préfecture avec tous les financeurs.

Le tronçon central dit de Charance devrait être livré à la fin de l'année 2022 mais le sujet du glissement de terrain du Val de Bonne fait toujours l'objet d'expertises. Reste aussi à réaliser le nouveau rond point du Sénateur. Les gilets jaunes qui s'y sont installé n'ont pas à s’inquiéter : des réunions vont avoir lieu " pour optimiser les délais de mise en service"...

S’agissant du sud et de la sécurisation de la route des Eyssagnières, les études se terminent.. Quant à la section nord entre la courbe de Bayard et Pont-Sarrazin, bonne nouvelle! L’État lancera mi-2020 "les études d’opportunité relatives à la section Nord de la rocade de Gap" ;
Tient on pensait que 'l’opportunité " de cette section était actée. Suspens donc.

Ce mercredi la préfecture précise:

L'étude d'opportunité financée à 100% par l'État en 2020 pour la section Nord n'est pas une étude pour savoir s'il faut ou pas faire cette section, mais plutôt comment : quels sont les scénarios possible en matière d'aménagements ? C'est une phase préalable à l'enquête publique. Le terme peut en effet semer le doute. Voilà de quoi briller désormais au repas de famille dans quelques jours. 

 

Point d’avancement du chantier de la rocade de Gap

 

Un comité de pilotage de la Rocade de Gap a été réuni ce 16 décembre sous la présidence de Cécile BIGOT-DEKEYZER, préfète des Hautes-Alpes, en présence de
Roger DIDIER, maire de Gap et vice-président de la Région, et de Marcel CANNAT, vice-président du Département.
Lors de ce comité de pilotage, un point d’avancement du chantier de la rocade de Gap a été effectué :

Section centrale de la rocade
Les travaux de la rocade de Gap, débutés en 2015, se poursuivent avec la mise en service des giratoires dits de Charance et des Aurouzes. Les aménagements de raccordement sont également terminés permettant la réouverture de l’avenue de Charance et du nouveau chemin des Évêques.
Suite au glissement de terrain dans le Val de Bonne en 2016, une expertise judiciaire, ordonnée par le tribunal administratif de Marseille, est en cours, le rapport n’a pas encore
été rendu. Afin d’assurer une stabilité de la rocade sur le long terme, les conditions de renforcement de l’ensemble du versant doivent être établies ; une étude géotechnique est
commandée par la DREAL dans ce but.
Ainsi, l’ouverture totale de la section centrale de la rocade de Gap est envisagée à ce stade, sauf nouveaux aléas, à la fin de l’année 2022.

À la demande du maire de Gap, souhaitant une ouverture de la rocade entre les carrefours du Sénateur et d’Aurouzes, une réunion de travail entre les services de l’État, la mairie de Gap et le Département sera organisée dans les jours qui viennent, avant la fin de l'année, pour optimiser les délais de mise en service du nouveau rond- point du Sénateur (ce dernier doit faire l’objet de travaux importants) afin de permettre une ouverture partielle de cette section routière et une desserte partielle des quartiers concernés. L’opportunité d’une délégation de maîtrise d’ouvrage à la ville de Gap des travaux du rond-point sera étudiée à cette occasion.

Route des Eyssagnières

Par ailleurs, s’agissant de la sécurisation de la route des Eyssagnières, sortie Sud de la rocade, les résultats des études de sécurisation de la route qui ont été menées cette
année seront présentés à la ville de Gap et au Département en janvier 2020, afin de pouvoir élaborer conjointement un programme d’aménagement.

Section Nord

L’État lancera mi-2020 les études d’opportunité relatives à la section Nord de la rocade de Gap. Ces études seront financées à 100 % par l’État.

Un nouveau comité de pilotage sera réuni à l’été 2020 pour effectuer un bilan d'étape sur le calendrier des travaux du rond-point du Sénateur, de l’ouverture partielle de la section
centrale de la rocade et arrêter les aménagements de court terme de la route des Eyssagnières.

Arlésienne
Gap
Hautes-Alpes