bannierre proman juin 2017

Hautes-Alpes : menaces sur Météo France Briançon. 9 mois de sursis

Les menaces qui pèsent sur la station de Météo France de Briançon ne s'éloignent que très peu. Dans un courrier adressé (voir-ci-dessous) à la Sénatrice des Hautes-Alpes, la PDG de Météo France évoque les réflexions en cours et repousse ce qui pourrait bien être une  mauvaise nouvelle au mois de septembre.

 

 

 

Retour il y a un an:

Aujourd’hui s’est tenue la présentation du rapport de la mission du Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable relative à l’organisation de Météo France dans les Alpes du Nord en matière de gestion des risques d’avalanches, à laquelle a assisté Joël Giraud.

D’abord, le député des Hautes-Alpes a regretté que le rapport ne s’attarde pas davantage sur les Alpes du Sud, qui méritent pourtant la même attention que les Alpes du Nord. Il a regretté que la commande ministérielle ne concerne pas, comme le veut la loi, le Massif des Alpes dans son ensemble. En effet, la centralisation des activités de prévision météo et de prévision des risques d’avalanches vers le centre de Grenoble, prévue par Météo France est incompatible avec un maillage territorial efficace.

Joël Giraud a fustigé cette décision qui, comme le souligne le rapport, risque d’engendrer une perte en qualité des prévisions due à un éloignement du terrain et, par conséquent, des problèmes de sécurité pour les usagers de la montagne. En effet, la centralisation se justifie par des progrès technologiques en matière de modélisation. Or, ces nouveaux systèmes ont déjà montré leurs limites sur la zone de Briançon, en témoigne l’épisode neigeux du 1er février lors duquel les prévisions automatisées indiquaient une limite pluie/neige entre 1500 et 1800 mètres alors qu’elle s’était établie autour de 800 mètres. Au demeurant, les inspecteurs généraux en charge du rapport ont confirmé qu’aucune modélisation n’était fiable sans agents de terrain.

Le député des Hautes-Alpes a donc convié Jean-Marc Lacave, PDG de Météo-France, à la prochaine commission permanente du Conseil National de la Montagne pour évoquer ces questions et le rencontrera dans les semaines à venir afin d’obtenir de plus amples informations sur le sort réservé en particulier au centre de Briançon, grand oublié de ce rapport.

 

 

Le ton monte en effet autour des menaces qui pèsent sur Météo France Briançon. Après le Député Joël Giraud, ce sont les syndicats qui montent au créneau dans un communiqué. La CGT-FO et Solidaires souhaitent alerter l'opinion et les autorités. Selon eux, avec la fermeture éventuelle de Briançon, "Les prévisions de risques d'avalanches s'éloignent du terrain et des enjeux. Les nivologues des Alpes tirent la sonnette d'alarme : quelle fiabilité pour des risques d'avalanches qui seront estimés, parfois dès l'hiver prochain, à la louche depuis Grenoble, pour un domaine qui s'étend du Léman à la Méditerranée ?".

Le communiqué :

Mon image

Mon image

Ce n’est pas la première fois que la station météo France de Briançon est menacée, et après quelques années de répit, un nouvel avis de tempête a été annoncé par le député Joël Giraud. Selon lui, la fermeture  par Météo-France des centres météo de montagne, en particulier celui de Briançon, dans les Hautes-Alpes serait engagée. Il a écrit au ministre François de Rugy pour lui indiquer combien cette perspective serait pénalisante pour le territoire.
Le point sur la situation par Florent Labit, prévisionniste qui, pour une fois, ne nous parle pas du temps qu’il va faire.

dépression
Météo France
Briancon
Hautes-Alpes