FOND_ECRAN_Komilfo_MARS_2017

Hautes-Alpes : le maire de Gap réfute l'utilisation de traitements chimiques au stade municipal

Alors que la Société Alpine de Protection de la Nature (SAPN) dénonçait dans un communiqué l'utilisation de traitements chimiques au stade municipal de Gap le 16 septembre dernier, la municipalité a répondu ce mercredi. Le maire Roger Didier réfute l'utilisation de produits chimiques à cet endroit : les agents ont utilisé un désherbant foliaire systémique, non sélectif et non rémanent." L'édile ajoute que "la ville de Gap n'utilise plus de produits phytosanitaires sur ses espaces verts depuis longtemps."

Le communiqué de la ville de Gap

Désherbage du stade Provence 2 : la Ville de Gap transparente

Le 16 septembre, à la suite de demandes répétées des utilisateurs et notamment du Gap HAFC,
une opération de désherbage a été réalisée sur le stade Provence 2, terrain stabilisé
d'entraînement situé sur l'emprise du stade municipal Paul-Givaudan, en ayant recours à un
herbicide.
Face à la recrudescence de mauvaises herbes, les tentatives de désherbage par voie mécanique
sont restées vaines. Il a donc été décidé de recourir à un désherbant foliaire sytémique (absorbé
par la plante, véhiculé par la sève), non sélectif et non rémanent (qui ne dure pas), le
« Touchdown EV ». Moins de 2000 m2 ont été traités sur la surface totale du stade Provence 2
(6500 m2). 1,5 litre a été répandu à l'aide d'un microtracteur attelé d'un pulvérisateur et d'une
rampe de 10 mètres, permettant de vaporiser le produit sous forme de gouttelettes à 50 cm du
sol environ. Cela n'induit aucun ruissellement.
Le traitement a duré moins de 30 minutes et a été réalisé à partir de 9h15 le lundi 16 septembre
par un jour de beau temps. L'accès au stade depuis le cours Emile-Zola avait été préalablement
fermé, et l'ensemble de la zone bloquée par la pose de rubalise et de panneaux « Traitement en
cours ». Le traitement a été opéré par un agent des services techniques municipaux, sous
protection et disposant d'un certificat « Certiphyto » d'applicateur.
La zone a été fermée au public jusqu'à 17 heures, soit au-delà du délai de 6 heures préconisé.
« Il est excessivement rare que les services aient recours à cette catégorie de désherbant, même
si elle demeure autorisée sur ce type d'installations », indique le maire, Roger Didier.
« Lorsqu'elle est utilisée, c'est uniquement sur des espaces sablés éloignés de cours d'eau. Dans
ce cas tout à fait exceptionnel, ce choix a été fait par les techniciens de manière à répondre à
une situation particulière. Je rappelle que la Ville de Gap n'utilise plus de produits
phytosanitaires sur ses espaces verts depuis longtemps. »

la réponse
Gap
Hautes-Alpes