FOND_ECRAN_Komilfo_MARS_2017

Double meurtre de Revest-du-Bion : l'un des frères était allé à la rencontre de la famille d'un des disparus à Carcassonne

Alpes de Haute-Provence : On en sait plus sur les circonstances du double meurtre de Revest-du-Bion. Cette semaine a été cruciiale avec la découverte des deux corps de Julien Boumlil et Gabriel Ferchal, dans un terrain des frères Frédéric et Vincent Mérino, au nord du village de Revest-du-Bion. Les deux trentenaires ont depuis été arrêtés, mis en examen et placé en détention provisoire. Les autopsies ont permis de savoir que les deux jeunes audois ont été abattus par arme à feu, à coup de fusil de chasse. Julien Boumlil a reçu deux coups de fusil dans la tête et Gabriel Ferchal un. Samedi soir, le procureur de la République d'Aix-en-Provence a fait un point complet en évoquant le parcours des deux frères depuis la disparitions des deux jeunes audois. Frédéric et Vincent Mérino ont tenté de brouiller les pistes. Ils ont partagé sur leurs profils facebook les avis de recherches au mois de décembre. Vincent Mérino a même poussé la démarche en allant à la rencontre de la famille de Julien Boumlil à Carcassonne pour leur dire que tout s'était bien passé et qu'ils étaient repartis de chez eux. Une attitude qui ne passe pas chez les internautes qui ont violemment critiqué les deux frères sur leur page facebook. Frédéric et Vincent Mérino sont également soupçonnés d'avoir encore plus brouillé les pistes en se débarrassant de la voiture, retrouvée mardi à Marseille. Le frère aîné avait même témoigné auprès du journal Le Parisien en janvier lors des recherches des gendarmes en indiquant qu'il leur "avait prêté des pioches". Pour l'heure, la piste privilégiée par les enquêteurs, serait une dette en lien avec les stupéfiants comme possible mobile du crime.

"Ça n'était jamais arrivé dans le village", "on suit ça comme un feuilleton", "nous sommes inquiets"... Dans le village deux types de réactions se font entendre : il y a ceux qui regardent ça de loin et ne se sentent pas vraiment concernés par l'affaire (qui s'est pourtant déroulée à moins d'un kilomètre de chez eux) et il y a ceux qui prennent ça très au sérieux et sont inquiets. Ecoutez les réactions des habitants croisés dans les rues de Revest-du-Bion ce jeudi :

Article Précédent : 

La commune de Revest-du-Bion est sous le choc après la découverte, juste au nord du village, des corps de Julien Boumlil et Gabriel Ferchal, deux amis disparus depuis le 3 décembre dernier. Ces jeunes hommes de 25 et 26 ans, venus de l'Aude, s'étaient rendus sur le plateau d'Albion pour un "dépannage". Ils n'avaient plus donné de signe de vie depuis deux mois. Une enquête criminelle avait été rapidement ouverte par le pôle criminel d'Aix-en-Provence et une information judiciaire a été ouverte pour « enlèvement et séquestration sans libération volontaire ». Si au début, les enquêteurs ont suivi toutes les pistes, et notamment celle liée au bornage d'un des téléphones portables des victimes près de Rognes dans les Bouches-du-Rhône le soir de leur disparition, les recherches entreprises par la section de recherches de la gendarmerie de Marseille se sont concentrées sur les Alpes de Haute-Provence. Des barrages et contrôles routiers réguliers ont été menés autour de Revest-du-Bion. Et les enquêteurs se sont concentrés, comme c'est quasiment tout le temps le cas dans des enquêtes criminelles, sur les dernières personnes à avoir vu en vie les deux jeunes hommes. Et il s'avère, que ce sont deux frères, considérés comme marginaux, qui habitent Revest-du-Bion, chez qui Julien Boumlil et Gabriel Ferchal se sont rendus le soir de leur disparition. Finalement, de nouvelles recherches ont été entreprises mardi matin avec des fouilles qui ont été menées dans un sous-bois à la sortie nord du village. C'est là qu'ont été découvert les cadavres des deux jeunes hommes. L'un des frères a été arrêté est est placé en garde à vue l'autre est quand à lui recherché et des perquisitions ont également été menées à Revest-du-Bion.

En attendant, sur place dans la commune, c'est l'émoi comme l'explique le maire de Revest-du-Bion Raymond Le Moign.

Sordide
drame
Alpes de Haute-Provence
revest-du-bion