HOME_PAGE_EYRIER_MAI_2017.jpg

Coronavirus : les déclarations de Christophe Castaner ce vendredi : "la prolongation du confinement n'est pas actée"

"Nous analysons chaque jour, à chaque instant la situation dans les hôpitaux, avec le regard du conseil scientifique. La prolongation des mesures de confinement n'a pas été actée aujourd'hui", a déclaré Christophe Castaner.

 

Il n'est pas non plus question que le pays soit mis à l'arrêt, pour l'instant. "Il faut trouver le point d'équilibre, si les mesures doivent être durcies - selon les retours des scientifiques - évidemment la décision politique sera au rendez-vous", a assuré le ministre. "Nous travaillons avec toutes les forces de sécurité intérieure pour adapter le dispositif de contrôle".

 

 

"Il en va de la vie de personnes que l'on aime, de nos familles, de nos enfants. Les règles sont simples, bien que contraignantes elles sauvent la vie et impliquent cet effort-là"

 

"J'invite chacune et chacun à respecter ce qui fait le vivre ensemble. C'est un combat que nous menons, ne cherchez pas à détourner les règles sinon nous sanctionnerons", a prévenu le ministre de l'Intérieur.

 

 

Des contrôles seront faits dans toutes les gares et dans tous les aéroports. Castaner a rappelé que les départs en vacances ou en week-end sont interdits. Seuls les déplacements professionnels restent autorisés quand il s'agit de longues distances.

 

Les maires et préfets sont néanmoins appelés à utiliser tous les moyens en leur pouvoir pour faire appliquer le confinement du mieux possible dans leur région. "Il ne s'agit pas d'imposer un couvre -feu sur tout le territoire", a expliqué le ministre, mais les couvre-feux locaux ont tout le soutien du gouvernement.

16:46

DÉCLARATION DE CASTANER

 

Christophe Castaner s'exprime depuis son ministère. Il a voulu réinsister sur le fait que "la meilleure façon de combattre l'épidémie est de rester chez soi, le but n'est pas de chercher les meilleures façons de contourner les règles".

"Je voudrais que les choses soient claires : il ne s'agit pas de sanctionner mais de protéger, y compris ceux qui ont ces comportements anormaux"

Sans précédent
coronavirus
Emmanuel Macron