HOME_PAGE_INTER_TALLARD_MAI_2017.jpg

On ne se laisse pas abattre ! La réaction d'Eric Lions à l'appel "à l'armée de l'ombre" du ministre de l’agriculture

Parmi les informations à l'issue de ce 8ème jour de confinement des français, le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a lancé "un appel à l'armée de l'ombre des hommes et des femmes qui n'ont plus d'activité" durant la crise du coronavirus, "à rejoindre l'agriculture française", en quête de main-d'oeuvre. "Il y a aujourd'hui la possibilité d'avoir 200.000 emplois directs dans l'agriculture", privée de la main-d'oeuvre étrangère qu'elle emploie habituellement pour les travaux des champs, a expliqué Didier Guillaume sur BFMTV ce mardi. Il demande ainsi à celles et ceux qui le souhaitent d'aller "dans les champs" et de "produire pour nourrir les Français".

Écoutez le sentiment d'Eric Lions, président de la chambre d'agriculture des Hautes-Alpes.

Sur ce sujet d'ailleurs

À l’occasion d’une réunion organisée par visio-conférence ce mardi matin, Jean-Marie Bernard, Président du Département des Hautes-Alpes, a fait le point sur le fonctionnement des services du Département et sur les questions qui se posent au regard de la période traversée par l’ensemble des Français.

Un souci particulier a été accordé notamment aux agriculteurs et producteurs locaux, qui font face à la fermeture de certains de leurs points de vente (comme les marchés) et à une
baisse générale de la consommation. Pourtant, comme souligné par les Conseillers départementaux, ‘‘les producteurs poursuivent leurs activités. Ils produisent en lien avec l’abattoir de Gap, qui lui aussi
poursuit ses activités, et auront prochainement des productions importantes de fruits et légumes qu’il conviendra de ne pas perdre.’’ En complément des commerces de proximité (épiceries, etc), déjà habitués à travailler avec les producteurs locaux, quelques exemples, ces derniers jours, vont dans le sens de l’ouverture des grandes surfaces aux producteurs locaux. Certains supermarchés et hypermarchés ont libéré de la place dans leurs rayonnages afin d’intégrer ces productions locales.

‘‘Il est effectivement souhaitable que ce type d’initiative soit élargi et plus systématique afin d’assurer d’une part l’approvisionnement des grandes surfaces et de permettre aux
agriculteurs de travailler plus sereinement’’, souligne le Président du Département, Jean- Marie Bernard. À la demande de Patrick Ricou, son Président, l’Agence de développement se positionnera rapidement comme facilitateur de la mise en relation des divers interlocuteurs sur ce sujet.

engagez-vous !