bannierre proman

Coronavirus : Une résidente de l'Ehpad de Banon est décédée ce dimanche

Alpes de Haute-Provence : Une résidente de l'Ehpad de Banon est décédée ce dimanche des suites du nouveau coronavirus selon nos confrères de La Provence. Il s'agit d'une femme âgée de 88 ans., ce qui porte à 9 le nombre de décès enregistrés dans les Alpes de Haute-Provence depuis le début de la crise. Notez que 28 personnes au total dans cet Ehpad à Banon avaient été testées positives au Covid19.

 

 

 

Une "lente décrue", c'est par ces mots que le directeur général de la santé a dressé ce dimanche soir la photographie de la situation sanitaire en France avec un nouveau bilan : 12.069 décès en milieu hospitalier, et 7.749 en EHPAD soit près de 20 000 morts avec 395 décès supplémentaires en 24H. Jérôme Salomon confirme "une lente décrue, mais 36.610 malades sont toujours recensés."

Au total, 80.000 personnes ont été hospitalisées depuis le début de la crise. 137 nouveaux malades en 24H, soit 89 malades en moins, pour le onzième jour consécutif.

Le premier ministre a repoussé à la fin du mois l'annonce des mesures précises de déconfinement de l'après 11 mai mais il a annoncé la couleur: Notre vie à partir du 11 mai, ce ne sera pas notre vie d'avant le confinement. Le retour à la vie d'avant ne s'effectuera pas avant longtemps."

"La population n’est pas immunisée. Pas de vaccin avant 2021. Pas de traitement démontré et efficace à ce stade. Nous allons donc devoir apprendre à vivre avec le virus et la prévention va être déterminante : gestes barrières, tests virologiques, isolement des porteurs du virus."

Sur le sujet des masques, le premier ministre a indiqué que  "Nous avons importé plus de masques cette semaine que ce que nous en consommons". "Ces bons chiffres nous permettent d'envisager un élargissement de la politique de distribution de masques ces prochaines semaines." a encore ajouté Édouard Philippe

Parmi les annonces fortes, celles  d'Olivier Véran sur l'interdiction des visites en Ehpad : "Nous avons élaboré de nouvelles recommandations pour organiser dès demain un droit de visite aux familles pour leurs aînés.  Ce sera à la demande du résident, sous condition (pas plus de deux visiteurs)et Il y aura une interdiction de contact physique."

Sur le déconfinement et les seniors, le ministre de la santé a confirmé le communiqué de l'Elysée : "On peut avoir 70, 75 ans et être en bonne santé. Nous allons donc multiplier les consignes de prévention, mais ne pas interdire les sorties."

Celui-ci a, à son tour insisté sur le fait qu'il fallait continuer à se soigner. Il y a, à ce stade, 40% de moins de consultations des généralistes et le chiffre monte jusqu'à 60% chez les spécialistes.

Sur les gestes barrières : s'il y  un consensus international, c'est celui sur le fait de se laver les mains, tousser dans son coude, ne pas serrer la main, ne pas faire la bise, conserver une distanciation sociale. (...) Ces gestes sont intangibles."

Sur les masques : "Ils ne remplaceront jamais les gestes barrières. Porter un masque et considérer qu'on peut toucher quelqu'un, lui serrer la main, c'est faire une erreur."

Sur l'économie:  Édouard Philippe a évoqué le chômage partiel : "Plus de 700.000 entreprises sont concernés par le chômage partiel, soit une entreprise sur deux." Le Premier ministre a détaillé les trois dispositifs de l'Etat pour soutenir les entreprises et salariés : le chômage partiel, les prêts garantis, et le fonds de solidarité et le "PM" d'ajouter :"Nous vivons la plus forte récession connue en France depuis 1945. Au cours de l'année, la croissance sera négative, -8%. La richesse nationale va donc se contracter. C'est du jamais vu, à l'impact considérable."

Sur les écoles, une "question sensible" : "Le ministre de l'Education a passé la semaine avec tous les acteurs (...) Il faut trouver la bonne méthode. Elle sera progressive : les écoles ne vont pas toutes ouvrir le 11 mai. Mais nous devons commencer à les rouvrir, pour assurer la continuité de la nation. A l'heure actuelle, les professeurs font un travail essentiel. (...)"

 

"Mais un certain nombre d'élèves n'ont pas accès à l'éducation, (...) leur lien avec l'école est interrompu. Ce n'est pas une petite proportion. (...) Cette situation présente pour la Nation un grave danger, ils doivent pouvoir reprendre le chemin de l'école."

 

S'agissant du déconfinement

Edouard Philippe : "Notre objectif : faire en sorte qu'à partir du 11 mai, le nombre de malades soit limité et que le nombre de nouveaux malades soit aussi limité." 

"Idée qu'il faut avoir en tête : il va falloir apprendre à vivre avec le virus. Parce que nous constatons que la population n'est pas immunisée." "Ce n'est pas le retour à la vie qui prévalait un mois avant le confinement. Sans en préciser tous les détails, je peux en fixer les principes. Tout d'abord, préserver la santé des Français, avec un déconfinement progressif. 

"Le second principe : assurer la continuité de la vie de la nation, en garantissant que nous allons continuer à produire pour nous nourrir, nous déplacer, faire continuer l'école, la solidarité... tous ces éléments que nous ne pouvons pas geler sous peine de voir la Nation s'effondrer."

"Nous devons suivre deux conditions essentielles : restaurer les capacités d'accueil des hôpitaux. Dans le déconfinement; la capacité d'accueil ne doit pas être débordée. Autre condition : limiter la circulation du virus au maximum."

Édouard Philippe précise qu'une personne diagnostiquée malade aura le choix entre un confinement à domicile et un lieu qui pourra être un hôtel, où on passera une durée limitée pour ne pas contaminer son entourage.

Sur les transports au moment du déconfinement : "Les transports sont un des cas où le port du masque pourra être obligatoire à partir du 11 mai. Dans les entreprises, les gestes et la distanciation sociale doit passer par le prolongement du télétravail."

Sur les commerces : "Nous n'allons pas rouvrir les restaurants et les cafés dans un premier temps, car cette activité ne permet pas de limiter la circulation du virus. Les autres commerces devront respecter les distanciations sociales, par exemple avec des files d'attente ou de gel hydroalcooliques."

Sur les vacances d'été : : "Je n'ai pas toutes les réponses mais (...) il ne me parait pas tout à fait raisonnable que la tenue d'un mariage dans un lieu confiné soit opportun. Est-ce qu'on peut réserver une maison, une location, une place de camping en août, en France ou étranger ? Je crains qu'il ne soit pas raisonnable de voyager loin, à l'étranger, très vite. Déjà car le transport aérien ne sera pas rétabli, et que les conditions d'entrées et de sorties des territoires seront possibles."

 

Interrogé à l'issue de sa prise de parole, Édouard Philippe précise que la date du déconfinement ne devrait pas être repoussée après le 11 mai.

 

S'agissant des élections municipales:

"Le réalisme conduit" à ce que la second  tour des élections municipales ait lieu "sûrement après l'été", et non le 21 juin, comme envisagé un temps, a annoncé dimanche la ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault. "Nous pensons qu'il sera difficile de tenir les élections au mois de juin", a expliqué la ministre.

 

Outre les annonces du premier ministre, le bilan de la pandémie continue à s'amplifier chaque jour dans le monde avec plus de 160 000 morts "officiels" dont plus de 100 000 en Europe et 20 000 en France;

 

Notez que le directeur du laboratoire pointé du doigt par des médias américains comme une possible source du nouveau coronavirus a catégoriquement démenti toute responsabilité.

"C'est impossible que ce virus vienne de chez nous", a déclaré dans une interview à la chaîne étatique CGTN, Yuan Zhiming, directeur de l'Institut de virologie de Wuhan. "Nous savons clairement quels types de recherches sont menées à l'institut et comment sont gérés virus et échantillons", a-t-il assuré. Le directeur a regretté que les hypothèses américaines d'une fuite du virus de cet institut viennent simplement de la localisation de son institut, situé à quelques kilomètres du marché de Wuhan vendant des animaux sauvages vivants.

 

La situation est stable dans les Alpes du Sud même si 77 personnes demeurent hospitalisées dans nos hôpitaux de Briançon, Gap, Digne et Manosque dont 12 en réanimation.

Une résidente de l'Ehpad de Banon est décédée ce dimanche des suites du nouveau coronavirus . Il s'agit d'une femme âgée de 88 ans., ce qui porte à 9 le nombre de décès enregistrés dans les Alpes de Haute-Provence depuis le début de la crise. Notez que 28 personnes au total dans cet Ehpad à Banon avaient été testées positives au Covid19.

 

 

Dans les Hautes-Alpes, comme hier 38 personnes sont hospitalisées et 9 sont toujours en réanimation. Vous le savez, un décès supplémentaire a été constaté ce samedi à l’hôpital en l’occurrence une personne de 88 ans qui était en réanimation à l'hôpital de Gap. Avant-hier, un nouveau décès avait déjà été enregistré à Briançon. Une femme de 86 ans a perdu la vie des suites à cause du Covid-19, alors qu'elle se trouvait en réanimation à l'hôpital des Escartons. Il y a eu selon l'ARS 6 décès à l'hôpital.

Depuis le début de la pandémie 9 personnes sont décédés dans le 05 , des chiffres qui ne prennent pas en compte les décès à domicile.

Dans les Alpes-de-Haute-Provence demeurent 39 personnes hospitalisées (soit 4 de plus en 24h) et 3 patients sont toujours comme hier en réanimation.

Selon nos informations, 9 habitants des Alpes de Haute-Provence ont trouvé la mort après avoir été atteints par le virus.

S'agissant de la situation dans les Ehpad :

Dans les Alpes de Haute-Provence , bonne nouvelle : plus aucun sénior n'est hospitalisé. Comme vous le savez; c'est l'EHPAD de Banon qui est le plus touché avec des nouveaux tests qui ont fait passer le bilan à 20 résidents atteints et 8 personnes faisant parties du personnels soignants contaminées. Au total donc 28 personnes touchées par le covid-19 mais plus personne n'est à l'hôpital de Manosque et malheureusement le décès d'une résidente de l'Ehpad de Banon est décédée ce dimanche des suites du nouveau coronavirus. Il s'agit d'une femme âgée de 88 ans., ce qui porte à 9 le nombre de décès enregistrés dans les Alpes de Haute-Provence depuis le début de la crise. Notez que 28 personnes au total dans cet Ehpad à Banon avaient été testées positives au Covid19.

 

Dans les Hautes-Alpes, la aussi pas de vive inquiétude à notre connaissance: L'ARS indique que 5 résidents d'Ehpad sont positifs au Coovid-19, et trois soit 1 de plus  sont hospitalisés.  

Dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, la situation continue à nettement s'apaiser en réa et à l'hôpital

1 795 personnes positives au Covid-19 sont hospitalisées soit encore 71 de moins en 24h

348 personnes sont en réanimation soit la encore une baisse significative puisque 16 de moins

Pour autant 470 personnes testées positives au Covid-19 sont décédées depuis le début de la pandémie soit 7 victime encore en 24h

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pandémie