Serre Che

Alpes de Haute-Provence : la CFDT dénonce les conditions de travail des postiers qui seraient "de plus en plus problématiques"

La CFDT-La Poste Provence-Alpes publie ce mercredi un communiqué pour dénoncer les conditions et organisations de travail des postiers-ères mises en places depuis le confinement, qui, selon la CFDT, "sont et deviennent depuis ces dernières semaines très problématiques". Le communiqué en intégralité :

Stop au BASHING postal, aux conséquences dramatiques pour les postiers!

La Poste doit respecter les accords!ne doit pas non plus oublier l’accord «facteurs et encadrants» et décider unilatéralement sur chaque site des organisations liées à cette crise sanitaire. es polémiques et attaques médiatiques sur un seul service public, celui de La Poste, sont particulièrement choquantes, et conduisent à des réponses de La Poste inadaptées à la situation sanitaire. La Poste, c’est 1% de la population active, et il y a plus de 80% des postiers au travail, avec un rythme de travail adapté à leur propre sécurité sanitaire. Ce bashing médiatique irresponsable, engendre un raidissement patronal pour tenter d’amadouer le gouvernement, les élus locaux, les groupes de presses. Ceux-ci sont-ils propres pour autant?

Trois exemples:

⮚La distribution de la Presse, après une campagne à charge des groupes de Presse ayant conduit à mettre en place une organisation de travail et logistique dédiée, a permis de faire tomber les masques: La Poste et les postiers étaient au rendez-vous imposé par le gouvernement et ces groupes de pression, pas les journaux! Ainsi, 2000 postiers ont été mobilisés...pour quasiment rienà traiter!

⮚Le scandale de certainsélus locaux dans les médias contre les services postaux, masque leur incompétence (les missions de services publics postales ne sont pas financées par l’impôt) et leur inconséquence, car ils ont été les premiers à fermer 4500 agences postales communales sur 6000, tout en confiant à La Poste certaines prestations de services à la personne qu’ils n’étaient plus en capacité d’assurer!

⮚Le gouvernement se fait l’écho de ces pressions, en pressant à son tour La Poste de reprendre une activité répondant aux critiques médiatiques, sans se soucier des conséquences sanitaires pour les postiers et leur nombre de contaminés déjà important, malgré un discours priorisant celle-ci. Accuse-t-il l’Armée de la même manièrelorsque le Charles-de-Gaulle n’assume plus sa mission pour cause de contamination de l’équipage, ou lorsque d’autres services publics, y compris de l’Etat, réduisent leur activité de 50 à 70% ?

Mais aujourd’hui, après le discours présidentiel, l’irresponsabilité a franchi plusieurs degrés. La CFDT PosteProvence-Alpes, 1èreorganisation syndicale, dénonce fermement la décision unilatérale d’ouvrir au Réseau100% des Bureaux de Poste, et de passer de 3 à 4 jours travaillés pour les postiers du Courrier-Colis. Alors que les missions dévolues sont assurées grâce au courage et au dévouement des personnels, qui ont fait des efforts considérables depuis le 17 marspour répondre à l’absentéisme occasionné par les mesures de confinement, le choix des dirigeants du groupe résonne comme une forme de mépris à cet engagement aux côtés des citoyens et de la population.

Cette mesure d’organisation du travail n’a fait l’objet d’aucune concertation ni négociation. La décision est uniforme pour tout le territoire, foulant ainsi au pied les réalités pandémiques différentes dans le pays. De plus, elle s’accompagne, avec l’aide des décrets du gouvernement, de mesures de plus enplus coercitives, pour les congés par exemple, et de pressions pour faire baisser le taux d’absentéisme au travail. Drôle de façon de remercier l’engagement des travailleurs. C’est la raison pour laquelle la quasi-totalité des CHSCT de nos établissements,directions et sièges postaux ont voté contre cette mesure! Car à vouloir répondre aux injonctions et attaques du pouvoir, on est en train de sacrifier la sécurité sanitaire des postiersde la Région PACAsur l’autel des apparences d’ordre purement politiques.

Nous appelons nos dirigeants à se ressaisir dans les plus brefs délais, à remettre le dialogue social au cœur de la gestion de la crise sanitaire, avec des postiers qui se rendent pour beaucoup au travail en transports en commun. Et qui continuent àêtre exposés et à risquer de contaminer leurs proches. Assurer les missions essentielles, mille fois oui! Exercer son métier comme s’il n’y avait pas de pandémie, non!

mécontents
La poste
Alpes de Haute-Provence