HOME_PAGE_EYRIER_MAI_2017.jpg

Édouard Philippe: "La levée du déconfinement peut être engagée dès ce lundi 11 mai"

Le plan de déconfinement est présenté par le Premier ministre entouré de 6 autres ministres dont ceux de la santé Olivier Véran, de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, des transports Élisabeth Borne, et de l'intérieur Christophe Castaner... 

Édouard Philippe a annoncé que la levée du déconfinement peut être engagée dès ce lundi 11 mai. C'est le président de la République qui l'a décidé ce jeudi matin lors du conseil de défense. "Nous sommes sur une ligne de crête" a toutefois précisé le Premier ministre. "La bonne nouvelle c'est que nous sommes en mesure de valider le déconfinement sur l'ensemble du territoire métropolitain". "La moins bonne nouvelle, c'est que les résultats sont moins bons que prévus dans certains départements". "La France est partagée en deux" a expliqué le PM.

Deux zones sont à surveiller : Mayotte et l'Île-de-France. "À Mayotte, le nombre de cas est faible, mais ils sont en hausse. En Île-de-France, le virus reste en circulation, mais on va pouvoir déconfiner". "Dans cette épidémie, nous faisons tout pour protéger les plus vulnérables" a rappelé Édouard Philippe, rajoutant "qu'il n'y aura pas de confinement obligatoire pour les personnes vulnérables après le 11 mai". Le chef du gouvernement leur a demandé de continuer à observer les règles très strictes de ces deux derniers mois. Le second point important en Île-de-France concerne les transports : ils ne seront pas fermés, mais des règles très strictes seront imposées dans les transports en commun, au moins pendant les premières semaines..

Édouard Philippe a redit une nouvelle fois "il faudra apprendre à vivre avec le virus, et à s'en protéger".

---Olivier Véran prend la parole à son tour. Le ministre de la santé et des solidarités est revenu sur les cartes qui ont été présentées ces derniers jours. Il a rappelé le principe de circulation active du virus, mais aussi de la tension sur les capacités en réanimation dans les services hospitaliers. Une nouvelle carte a fait son apparition ce jeudi, c'est celle des capacités de tests virologiques. Elle est verte pour l'ensemble de la France métropolitaine et des départements d'outre-mer. "La France est prête pour dépister massivement" a expliqué le ministre de la santé Olivier Véran. Un numéro vert est à disposition pour les gens qui rencontrerait un problème lié au dépistage.

La dernière carte fait la synthèse des trois cartes précédentes. Les Hauts-de-France, l'Île-de-France, la Bourgogne-Franche-Comté et le Grand Est restent en rouge, ainsi que Mayotte. Le reste du territoire est en vert. 

Le ministre a rappelé que les tests sont intégralement pris en charge par l'Assurance maladie. Il a détaillé la procédure en cas de suspicion de cas de coronavirus et cas de cas positifs. Il a rappelé les règles d'isolement. Il a également évoqué la situation pour les personnes qui deviendraient "cas contact". Là aussi, elles seront invitées à rester chez elles à l'isolement pendant 7 jours après le dernier contact avec une personne malade. Et c'est à ce moment là qu'un test sera effectué mais l'isolement devra durer encore 7 jours supplémentaires.

100 millions de masques seront distribués la semaine prochaine pour les professionnels de santé qui pourront reprendre leur activité. Le ministre appelle l'ensemble des citoyens à reprendre les chemins des cabinets médicaux et des spécialistes pour faire le suivi de leurs soins habituels. Le ministre a également souligné que la télé médecine a fait son apparition au quotidien à la faveur de la crise.

En ce qui concerne les aînés en Ehpad, il n'y aura pas d'assouplissement des règles le 11 mai, qui resteront les mêmes que celles actuellement en vigueur. Tous les personnels des Ehpad de France recevront une prime de 1500 euros pour les départements en rouge et de 1000 euros pour les autres départements. Une autre prime sera mise en place pour les autres secteurs médicaux.

---

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale prend la parole. La décision d'ouverture des écoles répond à un impératif social et éducatif. Le ministre a rappelé une nouvelle le cadre sanitaire pour garantir la réouverture de toutes les écoles de France. Il a rappelé que la pré-rentrée se fera ce lundi pour tous les professeurs des écoles. Tous les élèves ne seront pas accueillis en même temps. Les grandes sections, CP et CM2 rentreront en premier. Il y aura aussi une priorisation des enfants qui reprendront l'école notamment pour les enfants de soignants et les décrocheurs scolaires. "La semaine prochaine, près d'1 million d'élèves reprendront les cours" a assuré le ministre de l'Éducation nationale.

---

Elisabeth Borne, ministre des transports et de la transition écologique. "En Île-de-France, la RATP passera de 30% aujourd'hui à plus de 75% dès lundi prochain. L'objectif est que la fréquentation reste limitée à 15%. Le télétravail pour tous ceux qui le peuvent restera la règle", annonce la ministre des transports, Elisabeth Borne. Les déplacement interregionaux continueront d'être très limités en cette période avec une baisse de l'offre de transport. Les réservations pour les trains seront obligatoires. "Le port du masque sera obligatoire pour les usagers de 11 ans et plus" dans les transports notamment dans les trains et gares. Du gel hydroalcoolique sera à disposition. Les tramways, métros, trains et bus seront désinfectés au moins une fois par jour.

---

Christophe Castaner, ministre de l'intérieur. Le ministre a rappelé qu'il sera possible de se déplacer sans attestation à partir de lundi. Les déplacements  à plus de 100 km sont toujours limités sauf pour raisons professionnelles et et motifs familiaux impérieux. La règle est basée à vol d'oiseau. Une nouvelle attestation voit le jour pour les déplacements de plus de 100 kilomètres. En cas de contrôle, il faudra présenter un justificatif de domicile. 

"La règle générale reste la fermeture pour les plages, lacs et centres nautiques. Les préfets pourront autoriser des ouvertures en cas de demande des maires."

"En ce qui concerne les frontières, la fermeture reste donc la règle pour l'instant, jusqu'au 15 juin au moins".  "Les infractions aux règles (sanitaires) continueront à être sanctionnées, à hauteur de 135 euros."

--- 

Bruno Le Maire, ministre de l'économie et des finances. "L'enjeu reste la reprise de l'activité économique". L'économie française doit redémarrer. Tous les commerces rouvriront lundi, à l'exception des lieux de convivialité (bars, restaurants, cinéma...) 400 000 entreprises vont rouvrir, ce qui représente plus de 800 000 emplois. "L'État sera aux côtés des entrepreneurs" a rappelé le ministre. Le fonds de solidarité reste en vigueur jusqu'à la fin du mois de mai. S'agissant des centres commerciaux de plus de 40 000 mètres carrés, ils pourront rouvrir en accord avec les préfets sauf en Ile-de-France, où les risques sanitaires nous amènent à reporter leur ouverture", précise Bruno Le Maire.

"Les charges sociales patronales de mars, avril et mai seront totalement supprimées pour tous les secteurs contraints à une fermeture administrative", indique Bruno Le Maire. "La TVA sera à 5,5% pour tous les masques artisanaux et industriels qui répondent aux normes Afnor", ajoute le ministre.

"Les conditions sont réunies pour que le 11 mai, l'activité économique reprenne".

---

Muriel Pénicaud, ministre du travail. Le protocole est à disposition sur internet. 54 guides sont déjà disponibles sur le site du ministère du travail et plus de 70 seront disponibles dimanche soir. La ministre a rappelé la nécessité de toujours recourrir au télétravail, notamment en Île-de-France. 

--- 

Édouard Philippe reprend la parole. "Lundi ce sera le début de cette nouvelle phase : c'est dans la durée que nous réussirons à maîtriser le virus". "Le déconfinement progressif ne doit pas être le signe du relâchement" a rajouté le Premier ministre. Dans trois semaines, à la fin du mois de mai, nous saurons où nous en sommes, et si nous avons réussi à contenir l'épidémie a précisé Édouard Philippe, qui explique qu'à ce moment là, "nous pourrons élargir les espaces de liberté". Si ce n'est pas le cas, nous prendrons les mesures nécessaires.

---

Place aux questions des journalistes :

Y a t'il une France à deux vitesses ?

Non, mais c'est vrai que la situation est meilleure dans les départements en vert a répondu Édouard Philippe.  "Partout, la prudence s'impose. Dans les départements verts, la situation est objectivement meilleure parce que le système hospitalier est plus disponible. Dans les départements rouges, il faut faire, c'est vrai, encore plus attention", précise le Premier ministre.

Est-ce que la carte sera réactualisée quotidiennement ?Et y aura t'il des assouplissements ou durcissements selon cette évolution ?

Nous allons être prudent et constater le caractère durable des améliorations... et procéder toutes les 3 semaines, a répondu Édouard Philippe. Olivier Véran a rappelé que ces cartes reflètent la réalité de chaque territoire. Le nombre de tests qui reviendront positifs sur chaque territoire sera un indicateur majeur a souligné le ministre de la santé. A partir de lundi, un nouvel indicateur sera mis en place concernant la carte de déconfinement, annonce Olivier Véran : "Ce sera le nombre de tests qui reviendra positif par territoire". Un indicateur "extrêmement important", insiste le ministre de la Santé.

Concernant les déplacements à plus de 100 kilomètres, s'agira t'il d'une simple déclaration sur l'honneur ?

"Pour les personnes les plus vulnérables, la limitation des contacts est évidemment une mesure à respecter (...) c'est indispensable en Ile-de-France", redit Édouard Philippe. "Nous voulons éviter un brassage trop rapide de la population" a rappelé le Premier ministre. 

dès lundi
déconfinement