Serre che

Hautes-Alpes : la préfecture rappelle les dispositions réglementaires dans le cadre de l'organisation de l'Aïd Al-Adha

Le communiqué de la préfecture des Hautes-Alpes relatif à l'organisation de La fête de l'Aïd al Adha 

Le vendredi 31 juillet 2020, la communauté musulmane célébrera la fête religieuse de l’Aïd al Adha (ou Aïd el Kebir).

À cette occasion, les familles musulmanes ont l’habitude de faire sacrifier un mouton suivant le rite hallal. Afin de permettre le bon déroulement de cette pratique traditionnelle, les abattoirs de Gap et de Guillestre, disposant d’un agrément sanitaire, seront ouverts ce jour-là et les familles musulmanes pourront y faire sacrifier leur agneau après la prière. Des sacrificateurs agréés par les instances religieuses musulmanes seront présents sur chaque site et les animaux seront préparés dans le respect des règles d’hygiène et de protection animale. Compte tenu de la circulation toujours active du coronavirus - Covid-19, des mesures de protection seront appliquées dans les abattoirs : un sens de circulation devra être respecté sur chaque site, ainsi qu’une distance d’au moins un mètre entre les personnes. Le port du masque pour toute personne de plus de 11 ans sera obligatoire et viendra en complément des mesures d’hygiène (lavage des mains) et de distanciation qui restent d’actualité. Particulièrement, sur le site de Gap, une seule personne par animal destiné au sacrifice sera autorisée à entrer dans la bergerie.

Sur le site de Guillestre, un planning d’arrivée des animaux est établi afin d’éviter la concentration des personnes. Il est conseillé de s’adresser à la direction des abattoirs (Gap : 04 92 53 61 51, Guillestre : 06 83 01 20 51) pour plus de détails concernant l’organisation de l’abattage au cours de cette journée.

Dans chaque abattoir, les services de l’État (service d’inspection vétérinaire) assurent un contrôle permanent afin de s’assurer du respect des conditions d’abattage des animaux et de la salubrité de chaque carcasse destinée à la consommation humaine. Comme chaque année, un arrêté préfectoral précise que sont interdits :

• la détention de moutons par des personnes qui ne sont pas déclarées comme éleveurs ;

• le transport de moutons par des particuliers ;

• l'abattage rituel en dehors des abattoirs agréés.

Des contrôles du respect de cet arrêté seront réalisés. Les bêtes abattues dans le cadre réglementaire, dans des abattoirs agréés, font l’objet d’un examen vétérinaire systématique alors que celles abattues clandestinement échappent aux contrôles et peuvent, si elles sont porteuses d’une maladie, impacter la santé des consommateurs.

Aïd Al Adha
Hautes-Alpes