Les grands bains

Hautes-Alpes : le profil de la route du pas de l'Ours est désormais visible

Le communiqué du département des Hautes-Alpes :

Visite de chantier et rencontre avec les nouveaux élus d’Aiguilles et d’Abriès-Ristolas, ce jeudi pour Marcel Cannat, vice-Président du Département en charge des routes. Notamment avec les nouveaux Maires, Dominique Bucci Alberto (Aiguilles) et Nicolas Crunchant (Abriès-Ristolas). Le vice-Président apporte ainsi un côté solennel à la réunion hebdomadaire organisée par les services du Département avec les élus. ‘‘La route qui est construite par le Département est réalisée pour le Haut-Guil et ses habitants’’, note Marcel Cannat. ‘‘La concertation avec les représentants du territoire est fondamentale afin de parfaitement répondre aux besoins locaux.’’ Échanges et concertation, il y a donc eu sur tous les aspects du chantier. En cette période de vacances, certaines craintes peuvent être exprimées. Les problèmes de poussière sont en grande partie réglée. Reste la question du bruit dans les prochains jours. ‘‘Le Département met toujours tout en œuvre pour limiter les impacts du chantier et faire en sorte que la vie dans le Haut-Guil se poursuive le plus normalement possible’’, poursuit Marcel Cannat. ‘‘Mais il est évident qu’il y a un chantier de création de route. L’enjeu est de concilier l’activité touristique du mois d’août avec les objectifs du chantier. Nous y sommes très atttentifs.’’
Un camping-car qui n’ose pas doubler un cycliste, un véhicule très lent qui s’engage sur la route sans prévenir, une voiture tractant une caravane qui n’arrive pas à refaire son démarrage en cote... Depuis le début de l’été, trois épisodes de blocage de la route ont été à déplorer, provoquant des temps d’attente de l’ordre de 45 minutes. ‘‘L’analyse de chacune de ces situations nous permet de conclure qu’à chaque fois, une erreur humaine a été commise au cours du passage’’, note le vice-Président. ‘‘L’alternat de la circulation est légèrement inférieur à 6 minutes à l’heure actuelle, ce qui est suffisant au regard du  trafic. Mais s’il y a la moindre erreur ou le moindre retard pris sur le trajet, les véhicules venant du côté opposé s’engagent dans le sens unique et c’est la panique assurée.’’ Comme l’an passé, la Communauté de communes met à disposition des agents pour prendre le volant des personnes qui ne seraient pas à l’aise avec la traversée de la route provisoire, notamment s’il y a tractage de caravane.

En ce qui concerne le chantier, le pont du Moulin, qui permet de franchir le Guil à la sortie d’Aiguilles et de s’engager sur la nouvelle route, a été mis en service de manière définitive ce mardi 28 juillet.
Des travaux de finition sont en cours sur la partie sommitale de la route. Reste à poser les équipements de sécurité, notamment le muret de protection et le marquage au sol. La société Routière du Midi doit encore intervenir dans les prochains jours pour parfaire le tout.
Côté Abriès, où des difficultés géotechniques ont été rencontrées l’an passé, le chantier a repris. Un léger reprofilage du tracé de la route a été effectué et aujourd’hui, ‘‘le profil de la route définitive est parfaitement visible’’, se réjouit Marcel Cannat. En outre, la dernière paroi clouée de l’itinéraire, située à proximité du futur pont du Gouret, sera terminée ce vendredi. Et les grandes parois clouées dans les lacets situés côté Abriès-Ristolas seront terminées dans les prochaines semaines (d’ici mi-octobre).
La difficulté géotechnique ponctuelle a trouvé sa solution. Plutôt que de creuser la roche jusqu’à atteindre le niveau de la route, tache rendue difficile en raison de la nature du sol, la structure sera en partie soutenue par une paroi clouée, et par un remblai qui sera réalisé au printemps prochain. Cet exercice nécessitera un alternat de la circulation cet hiver.
Reste le pont du Gouret et son raccordement à réaliser. Ces travaux sont sur le point de commencer. ‘‘Une foreuse pesant 60 tonnes va devoir passer en rive droite du Guil et va donc devoir traverser tout le chantier dans les prochains jours’’, indique Marcel Cannat.
‘‘Elle va permettre de faire les fondations des assises du pont situées de part et d’autre du Guil. Puis la charpente pourra être posée et le tablier du pont coulé à l’automne.’’ L’ouvrage pourrait être praticable moyennant un alternat de la circulation l’hiver prochain.

Pas d'ours
Hautes-Alpes