couleurs paysanne

Alpes du Sud : le point sur l'évolution de l'épidémie de Covid-19 en ce début de semaine

Alors que la situation sanitaire ne cesse de se dégrader en France et aussi à moindre mesure dans les Alpes du Sud, la préfecture des Alpes de Haute-Provence fait connaitre ce vendredi les nouvelles mesures à appliquer dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire qui a à nouveau été déclaré à compter de ce samedi minuit. Parmi les mesures à retenir, tous les rassemblements de plus de 6 personnes sont interdits sur la voie publique sauf dérogations pour des cas particuliers, l'interdiction de tous les évènements où les individus présents ne peuvent être masqués en permanence et à distance suffisante tout comme pour les activités de plein air ou dans les espaces clos tels que les cinémas où les théâtres, où cette jauge de 6 personnes doit également être appliquée. Pour les bars et restaurants, la jauge de 6 personnes par table est désormais obligatoire, ainsi que la tenue d'un cahier de "tracing" et la mise en place d'une distance d'un mètre plus seulement entre les tables, mais désormais aussi entre les chaises. 

Ces nouvelles mesures s'expliquent par la dégradation de la situation sanitaire en France comme dans le département des Alpes de Haute-Provence, où le taux d'incidence a dépassé cette semaine le seuil de 93, contre 50 le 23 septembre dernier. En ce qui concerne le taux de positivité, il est de 10% cette semaine, contre 3.85% le 23 septembre. 5 clusters sont identifiés dans le 04 et parmi eux, celui de l'Ehpad Notre-Dame-du-Bourg de Digne-les-Bains où un 6ème décès en moins de deux semaines à cause de la Covid-19 est désormais à déplorer depuis ce vendredi, alors que tous les lits de réanimations sont désormais occupés dans les Alpes de Haute-Provence. Parmi les autres clusters, celui aux Thermes de Gréoux-les-Bains où sept cas sont confirmés parmi les curistes, ou encore au sein du service du SDIS 04 où 11 sapeurs pompiers avaient été testés positifs. Leurs isolements auraient pris fin cette semaine. Les deux autres clusters actifs du département se trouvent à Manosque, au Centre médico-pyschologique qui est fermé provisoirement et où la situation serait "sous contrôle", ainsi qu'à Reillanne, où une crèche est aussi provisoirement fermée après que 4 membres du personnel ont été testés positifs.

Dans les Hautes-Alpes, entre 15 et 20 clusters ont été identifiés par les autorités, en grande partie sur le secteur du Briançonnais, parmi lesquels celui au centre médical Chant'Ours avec 27 cas positifs mais qui seraient sans gravité, ou encore celui de l'équipe des Diables Rouges de Briançon où 5 joueurs sont positifs. Notez que deux autres clusters sont sous surveillance et concernent deux Ehpad de l'Embrunais. A noter aussi un cluster important à Tallard avec une quinzaine personnes positives. Depuis le 11 mai et le début du déconfinement, 6 personnes sont décédées des suites de la Covid-19 dans les Hautes-Alpes, le dernier datant de ce jeudi et concernant un homme de 84 ans. Au total depuis le début de la pandémie, 26 personnes du département sont décédées des suites de la Covid-19.

Alors que de nouveaux clusters apparaissent régulièrement, le nombre de cas positifs par jour a doublé en l'espace de deux semaines, passant d'une quinzaine à une trentaine dans le 04. Une situation préoccupante, d'autant que tous les lits de réanimation sont occupés depuis cette semaine dans le département. Pour Franck Pouilly, le directeur du GHT 04, cette dégradation de la situation implique sans doute la réouverture des unités Covid d'ici la semaine prochaine, et donc la fermeture d'autres services hospitaliers :

Le communiqué de la préfecture des Alpes de Haute-Provence ce vendredi :

Depuis plusieurs semaines, et en particulier depuis quelques jours, les indicateurs épidémiologiques témoignent d’une dégradation de la situation sanitaire dans le département.
Les chiffres communiqués par Santé Publique France pour les Alpes-de-Haute-Provence attestent une nette accélération de la propagation du virus :
- le taux d’incidence, qui rapporte le nombre de cas positifs à 100 000 habitants, a dépassé le seuil de 93 le 14 octobre, alors qu’il n’atteignait que 50 le 23 septembre dernier ;
- le taux de positivité est proche de 10 % au 14 octobre, alors qu’il n’atteignait que 3,85 % le 23 septembre dernier ;
- tous les lits de réanimation sont désormais occupés et les tensions hospitalières sont fortes dans le département ;
- 5 clusters sont dénombrés et l’un deux, dans un EHPAD de Digne-les-Bains, est particulièrement actif.
Cette évolution préoccupante des indicateurs épidémiologiques, qui touche tout le pays, a conduit le Président de la République et le Premier Ministre,  par décret du 14 octobre 2020, à déclarer l’état d’urgence sanitaire à compter du samedi 17 octobre 0 heure sur l’ensemble du territoire.
Cette décision vaut pour une durée minimale de quatre semaines et a vocation à se prolonger au-delà si le Parlement le valide sur la base d’un projet de loi dont il sera saisi dès la semaine prochaine.
Le passage en état d’urgence sanitaire implique que de nouvelles mesures automatiques s’appliqueront à l’ensemble du territoire, même pour les territoires qui ne sont pas concernés par les mesures de couvre-feu.
Les mesures ci-dessous s’appliqueront par conséquent sur l’intégralité du département des Alpes-de-Haute-Provence à compter de ce samedi.
Elles s’ajoutent aux obligations de port du masque actuelles, qui restent en vigueur :
- dans la zone de 30 mètres aux abords de toutes les entrées et sorties des établissements scolaires (écoles, collèges, lycées) et aux abords des arrêts de bus ;
- sur tous les marchés, foires, vides-greniers, fêtes foraines du département ;
- sur certaines communes du département.
1. Mesures relatives à la voie publique
Jusqu’à présent, les rassemblement de plus de 10 personnes sur la voie publique devaient faire l’objet d’une déclaration et pouvaient être interdits par la Préfète.
A compter de samedi 17 octobre :
- il n’y a plus de système de déclaration mais une interdiction systématique des rassemblements de plus de six personnes sur la voie publique ;
- la jauge des 10 personnes est abaissée à 6 personnes.
Outre les manifestations revendicatives, qui restent soumises à déclaration, cette interdiction comprend des dérogations de quatre types :
-    les rassemblements, réunions ou activités à caractère professionnel ;
-    les services de transport de voyageurs ;
-    les cérémonies funéraires ;
-    les visites guidées organisées par des personnes titulaires d'une carte professionnelle.
2.    Mesures relatives aux établissements recevant du public (ERP)
a)    Dans les ERP, de type L (salles des fêtes, salles de spectacles, salles polyvalentes) et CTS (chapiteaux, tentes, structures)
Deux nouvelles règles s’appliquent à compter de lundi 19 octobre 0 heure :
-    les évènements qui ne permettraient pas le port du masque durant toute la durée de l’évènement sont interdits (ce qui interdit tous les évènements avec distribution de boissons et repas).
-    seuls seront autorisés les évènements au cours desquels les personnes pourront rester masquées et assises.
b) Bars et restaurants
Le protocole est durci :
-    les tables de plus de 6 personnes sont interdites ;
-    une distance d'un mètre entre les chaises (et non plus entre les tables) devra être respectée ;
-    un cahier de tracing devra être établi.
c) ERP avec public debout et itinérant (musées, centres commerciaux, parcs zoologiques, etc.)
La jauge devient une jauge de densité : la jauge collective de 4 m² par personne devra être respectée, ce qui implique un nombre maximum de visiteurs en simultané que chacun devra calculer.
d) ERP avec personnes assises
En espace clos (cinémas, lieux de culte, théâtres), une distance d'un siège libre entre chaque personne ou entre chaque groupe de 6 (contre 10 auparavant) devra être respectée.
En plein air (stades, hippodromes), une distance d'un siège libre entre chaque personne ou entre chaque groupe de 6 devra également être respectée.
Les établissements sportifs (stade, gymnases, salles de sport) restent ouverts aux pratiquants, qui doivent respecter strictement les protocoles.

propagation
Alpes du Sud