FOND_ECRAN_Komilfo_MARS_2017

Alpes du Sud : 17 communes retenues pour le label "Petites villes de demain"

Le label "Petites villes de demain" est lancé ce samedi à l'occasion du deuxième comité interministériel dédié à la ruralité. Un label qui a pour but d'accompagner ces communes, considérées comme exerçant un "rôle de centralité", sur divers plans tels que l'habitat, le maintien du commerce ou encore l'entretien de son patrimoine. 

Les 17 communes des Alpes du Sud concernées sont L'Argentière-la-Bessée, Guillestre, Embrun, Chorges, La Bâtie-Neuve, Tallard, St-Bonnet-en-Champsaur, Veynes, Serres, Laragne-Montéglin, Sisteron, Château-Arnoux-St-Auban, Banon, Forcalquier, St-André-les-Alpes, Seyne et Barcelonnette. 

Par ailleurs, les élus d'"Ensemble pour Riez" font part de leur regret de ne pas faire partie de ce dispositif, comme ils l'exliquent dans ce communiqué :

La liste des communes labellisées "petites villes de demain" est dévoilé ce samedi à l'occasion du comité interministériel aux ruralités.

Le dispositif "petites villes de demain" vise à soutenir les petites communes caractérisées par leur "centralité" et leurs "fragilités". Ce dispositif est doté par l’État de 3 milliards d'euros pour 1000 communes, soit 3 millions d'euros par commune en moyenne. Pour Riez, cette somme est supérieure à la totalité des investissements sur six ans.

La commune de Riez satisfait intégralement aux critères de sélection. "Centralité" car Riez est en ancien chef lieu de canton et constitue avec ses commerces et services le centre du bassin de vie pour les habitants de tout un ensemble de communes. "Fragilités" car Riez rencontre des difficultés structurelles (centre ancien en déshérence notamment), économiques (fermeture de commerces, peu d'emploi local...) et sociales (revenu par habitant et taux d'emploi moyens inférieurs à ceux du département, population vieillissante…).

Comme élus, bien qu'issus d'une liste minoritaire au conseil municipal, nous avions sollicité le maire pour que notre commune se porte candidate avant la date butoir du 31 octobre.

Le maire a annoncé lors du dernier conseil municipal ne pas avoir déposé de dossier.

Le résultat officiel du choix des communes est publié aujourd'hui. La commune de Riez est une nouvelle fois exclue d'un dispositif qui aurait permis de soutenir l'activité et les commerces, lancer des actions de rénovation du centre ancien, mettre en valeur le patrimoine et agir en faveur des jeunes, des aînés et des plus fragiles.

Nous déplorons ce choix dont les Riézois vont faire les frais pendant de nombreuses années.

D'autres communes du département ont été choisies : Annot, St-André, Castellane, Château-Arnoux, Sisteron, Forcalquier, Banon…

Au regard de cette situation symptomatique, nous mettons en doute l'existence d'un projet de notre maire pour sa commune, ses compétences pour monter des dossiers de candidature ou les défendre et sa crédibilité auprès de nos partenaires institutionnels que sont la DLVA, le département, le PNRV, la Région et les services de l’État.

labellisées
Alpes du Sud