FOND_ECRAN_Komilfo_MARS_2017

Hautes-Alpes / Embauche des saisonniers : "sauf les remontées mécaniques, tous les employeurs ne feront pas la demande de chômage partiel"

L'emploi des saisonniers cet hiver est dans toutes les têtes en station. La ministre du travail Elisabeth Borne a encouragé ce week-end sur Radio J les stations à embaucher leurs saisonniers comme d'habitude, quitte ensuite à faire appel au chômage partiel. Une déclaration qui ne rassure pas plus que ça les stations, ni les syndicats, à l'image d'Eric Becker, secrétaire fédéral Force Ouvrière en charge des remontées mécaniques et des saisonniers. Selon lui, seules les remontées mécaniques vont assurer l'embauche, mais ce ne sera pas le cas de tous les employeurs comme les restaurateurs ou hôteliers. Alors, les saisonniers devront rester au chômage, s'ils en bénéficient encore. Eric Becker appelle d'ailleurs la ministre à le recevoir pour une discussion franche :

 

Article précédent :

C'est au niveau économique le principal sujet d'angoisse dans les Hautes-Alpes et dans le nord des Alpes de Haute-Provence: Les stations de ski vont-elles pouvoir ouvrir et quand? L'enjeu est de taille car il en va de toute l'économie de notre région si dépendante de la saison d'Hiver. L'enjeu est social aussi avec des saisonniers qui se demandent bien comment ils vont passer le cap et tout simplement gagner leur vie. Cela concerne des milliers de personnes (720 000 à échelle nationale) et parmi eux de nombreux artisans et agriculteurs organisés autour le la pluri-activité avec des revenus touristiques l'hiver qui leur permettent d'équilibrer toute l'année.

Mardi dernier sur DICi, le président de Région Renaud Muselier a demandé au gouvernement des perspectives et de connaître les règles du jeu  c'est à dire à partir de quel taux d'incidence elles pourraient rouvrir.

Ce dimanche , c'est la ministre du Travail, Elisabeth Borne, qui est intervenue et qui a déclaré sur Tweeter et Radio J "que les stations de ski ne devaient pas hésiter à embaucher des saisonniers, même s'il est encore "trop tôt" pour dire si elles pourront ouvrir à Noël".

Il est "trop tôt" pour dire si les stations de ski pourront ouvrir pendant les vacances de Noël malgré l'épidémie de Covid-19, mais les professionnels ne doivent pas hésiter à embaucher des saisonniers, quitte à demander ensuite du chômage partiel, a souligné dimanche la ministre du Travail, Elisabeth Borne.

Ça n'est pas banal de recruter puis de mettre (les salariés) en activité partielle, mais mon objectif c'est qu'on puisse le faire", pour que les 120.000 saisonniers des stations "puissent être recrutés", a expliqué Elisabeth Borne sur Radio J.

Pour l'heure, il est certes "trop tôt pour prendre une décision" quant à l'ouverture des stations en décembre, d'autant qu'en Auvergne-Rhône-Alpes les services de réanimation "sont déjà au bord de la saturation", a souligné la ministre. Malgré tout, il importe dès maintenant de "préparer la saison", qui "va durer plusieurs mois", a observé la ministre. Avec son collègue chargé de l'Economie, Bruno Le Maire, elle a reçu récemment dans ce cadre les acteurs économiques et les élus des stations pour les "rassurer".

"Je ne veux pas qu'ils hésitent à recruter les saisonniers dont ils vont avoir besoin, et donc on est en train de s'organiser pour que ces saisonniers puissent être recrutés normalement, et bénéficier si nécessaire d'activité partielle, si l'activité des stations de ski n'était pas au niveau escompté", a-t-elle développé.

A Montgenèvre, Daniel Garcin, responsable des remontées mécaniques, n'est pas plus affolé que cela. "Nous sommes rodés" assure-t-il. "Selon notre accord d'entreprise, nous devons embaucher nos saisonniers entre le 15 et le 18 décembre." Quitte à les remettre par la suite en chômage partiel :

Son entretien sur Radio J à écouter ICi (à+29' sur cette partie)

 

Le dossier de BFM ICI

Les propos de Renaud Muselier

incertitudes
Hautes-Alpes