HOME_PAGE_EYRIER_MAI_2017.jpg

Mobilisation tous azimuts ce jeudi dans les stations. A Puy St-Vincent, on mettra même en route le télésiège

Dans ce contexte compliqué et après l'échec des négociations avec le gouvernement, des manifestations et actions coup de poing se préparent pour ce jeudi à Paris et aussi dans les Alpes du Sud. Des manifestations se prépareraient notamment à Serre-Chevalier, Puy St-Vincent, Vars / Risoul, Orcières-Merlette, La Foux d'Allos et Le Sauze/Super Sauze. Une autre action est prévue à Puy Saint Vincent ce jeudi après-midi. 

Nouvelle mobilisation aussi  ce samedi matin des restaurateurs, des bars, des boîtes de nuit, des salles de sport, des stations, des parents d'élèves, des élus. Après Gap par deux fois, qui ont réuni plusieurs centaines de personnes à chaque mobilisation, cette troisième manifestation aura lieu à partir de 10h, à St Chaffrey, sur la place du Téléphérique de Chantemerle / Serre Chevalier. Les organisateurs espèrent convaincre leurs homologues de la Savoie et Haute-Savoie à descendre, dont les stations de Val d'Isère et de l'Alpe d'Huez.

 

L'APPEL A LA MANIFESTATION

Suite à l'appel des domaines skiables de France à manifester pacifiquement contre la fermeture des remontées mécaniques,

le rendez-vous est donné sur le front de neige de Puy St Vincent ce jeudi 3 décembre à 14h.

Nous vous invitons à venir avec des marionnettes/mannequins qui seront pendus aux télésièges symbolisant la misère économique que va engendrer ce type de décisions.

Nous comptons sur vous pour vous mobiliser massivement.

Nous sollicitons les médias pour relayer publiquement notre colère et notre desaroi.

Pour les acteurs économiques du Pays des Ecrins,

L'appel de Domaines skiables de France

Bonjour,

Une réunion s’est tenue ce matin en présence du Premier Ministre, de plusieurs ministres et des représentants de la montagne élus et professionnels. Alex Maulin y participait.

La précédente rencontre dans ce format s’était tenue une semaine plus tôt. Elle s’était conclue par la décision du Premier Ministre d’attendre 10 jours pour statuer sur « l’ouverture des stations ». Le lendemain, le Président de la République annonçait au contraire leur fermeture....

 

Ce matin, tous les acteurs des stations ont fait part de leur stupeur devant le mécanisme de décision mais à ce stade, le gouvernement n’envisage pas de revenir sur la décision. Il propose de discuter de l’indemnisation de cette fermeture.

Elus et professionnels sont décidés à continuer de se battre pour l’ouverture à Noël. Une action collective est prévue pour jeudi 3 décembre : il sera demandé à chaque station d’organiser, selon des consignes qui vous seront transmises ultérieurement, des actions civiques mais déterminées, en local, tandis qu’une délégation de représentants montera conduire des actions symboliques à Paris. Ce mode d’action a été privilégié pour préserver l’image des stations de montagne tout en tenant compte des contraintes qui entourent les manifestations actuellement (contraintes Covid et contraintes de sûreté).

L’ANMSM et Domaines Skiables de France ont publié un communiqué en milieu de journée, à l’issue de la réunion.

 

Domaines Skiables de France

 

Les mesures "d'accompagnement" annoncées par le gouvernement

Su ce sujet comme sur tant d'autres le gouvernement fait tourner "la planche à billet" : Des indemnisations sont  en vue pour les remontées mécaniques fermées. Ce dispositif s'adressera tant aux structures privées qu'aux structures publiques, a annoncé le secrétaire d'État au tourisme Jean-Baptiste Lemoyne au sortir de la réunion à Matignon de celundi matin , autour du Premier ministre Jean Castex, avec les professionnels du secteur.

Le gouvernement souhaite aussi que "les activités connexes qui vivent du tourisme" puissent "être éligibles au Fonds de solidarité sur une base territoriale et non pas sur la base de leur activité ou de leur code NAF (nomenclature d'activité française)", a-t-il indiqué.

"Le travail se poursuit avec le ministère de l'Économie" pour que puissent ainsi être aidés, notamment, "certains magasins qui ne sont pas forcément dans les stations, mais dans les vallées, et dont la fréquentation est indexée sur l'affluence des touristes", a indiqué à titre d'exemple Jean-Baptiste Lemoyne.

Pour les saisonniers, "un dispositif de chômage partiel avec un reste à charge zéro se met en place, tout le temps de la fermeture des remontées mécaniques".

Pour que "les missions de sécurisation des domaines skiables puissent se poursuivre" - comme les déclenchements d'avalanches...-, "ces activités seront indemnisées".

Mais le gouvernement dit travailler  avec le secteur à définir "les conditions de la réouverture, le moment venu", avec notamment "une campagne de promotion de la montagne pour le reste de la saison", en partenariat avec Atout France.

 

Les remontées mécaniques ne seront pas ouvertes avant le mois de Janvier

Le couperet est donc tombé: les stations de sports d'hiver ne pourront pas ouvrir leurs remontées mécaniques ni leurs espaces collectifs pour les vacances de Noël et au moins jusque courant janvier. La réunion de  la dernière chance entre les représentants des stations a échoué ce lundi matin. Le Premier ministre et le gouvernement restent inflexibles: les gens pourront aller à la montagne mais hors de question d'ouvrir les remontées pas plus que les bars et restaurants comme on le sait par ailleurs. La date du du 1er janvier a été évoquée, sans promesse ni engagement, pour une réouverture des domaines skiables » a déclaré Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Président de Régions de France. Quant à la clause de revoyure,le 11 décembre qui pourrait changer la donne, personne n'y croit un seul instant.

Représentant des maires de stations, Pierre Vollaire, maire des Orres n'a pas caché en apprenant la nouvelle son dépit et surtout sa plus vive inquiétude pour l'économie et tout simplement la vie dans nos vallées mais aussi en terme de sécurité. En effet, nous pouvons nous attendre à des vacances de Noël où beaucoup viendront (après tout ce que l'on a vécu ) viendront prendre l'air en montagne.  Mais qui s'occupera des secours pour les activités individuelles puisque tous les pisteurs seront au chômage partiel ?

La réunion de ce lundi matin a donc fait choux blanc c'est le cas de le dire. Alors dans toutes les vallées des massif français on se concerte pour préparer une réaction à priori pour jeudi. Sachant qu'une nouvelle réunion aura donc lieu avec le gouvernement le vendredi 11 décembre... mais pour préparer les conditions de réouverture en Janvier...

Dans les montagnes et encore plus dans les Alpes du Sud, le massif le plus dépendant de l'activité touristique on se prend à avoir des sueurs froides : personne n'est à me d'imaginer les conséquences économiques et sociales d'une telle décision.

 

 

 

La réaction de Renaud Muselier

« Nous avons obtenu une clause de revoyure au 11 décembre »

« Après les déclarations du Président de la République statuant sur la fermeture des stations de ski pour les vacances de Noël, une réunion avec les acteurs de la montagne autour du Premier Ministre a eu lieu ce matin.

A l’issue de cette réunion, un cadre méthodologique et calendaire précis a été établi.

Comme nous le demandions dans le manifeste de l‘union de la montagne et des vallées des Alpes du Sud publié ce week-end, nous avons obtenu une clause de revoyure fixée au 11 décembre.

Nous regrettons toutefois que soit exclue de ces discussions, une ouverture différenciée par massif, en tenant compte de la situation sanitaire de chaque région.

Si le Gouvernement persistait dans sa volonté de fermer les stations de ski jusqu’à la fin de l’année, la date du 1er janvier a été évoquée, sans promesse ni engagement, pour une réouverture des domaines skiables » a déclaré Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Président de Régions de France.


 

En attendant la Suisse, l'Autriche et la Bulgarie ont décidé d'ouvrir leurs stations en décembre,

Aprés l'appel de renaud Muselier, le président de la Région Sud/Paca signée par tous les élus, c'est le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez et d'autres élus ou professionnels qui demandent à Emmanuel Macron la réouverture en décembre des remontées mécaniques:"Monsieur le président de la République, ne tuez pas la montagne française!", ont-ils écrit dans une tribune .

Depuis quelques semaines déjà, les Suisses peuvent dévaler les pistes comme à Verbier, Gstaad ou Saas-Fee. En Valais (sud-ouest), une des principales régions de ski du pays aux côtés des Grisons (est) et de l'Oberland bernois (centre), le président de l'exécutif cantonal, Christophe Darbellay, l'a assuré à l'AFP : "On skiera à Noël". Dans la région, les hôtels sont déjà ouverts, et les restaurants doivent ouvrir à la mi-décembre. Autre destination prisée, la station de Bansko en Bulgarie, Mecque européenne du ski "low cost", prévoit également d'ouvrir alors que le pays affronte une flambée de l'épidémie et une saturation des services hospitaliers.

En Espagne, la ministre Reyes Maroto, s’est déclarée prête à ouvrir les infrastructures de ski de la péninsule "en toute sécurité".

Reste l'Italie près de chez nous : là, pas de ski comme en France et en Allemagne : Fermeture des pistes de ski et remontées mécaniques avec un contrôle strict des frontaliers qui voudraient profiter du ski en Autriche ou Suisse reste à l’étude.

 

 

 

 

 

 

 

Et pourtant la mobilisation est là: retour sur samedi

 

Près d'un millier de personnes rassemblées ce samedi matin sur la ville de Gap avant tout pour adresser un appel solennel au gouvernement afin que les stations de sports d’hiver puissent ouvrir pour les vacances de Noël. Les manifestants étaient venus de toutes les vallées des Alpes du Sud, aussi bien de l'Ubaye que du Briançonnais, du Champsaur, du Dévoluy, de l’Embrunais et du Guillestrois.
Une manifestation jamais vue non pas forcément pour son ampleur mais par la diversité de ce qui l’anime : des maires de stations, des commerçants, des exploitants de domaine skiable, des moniteurs, des magasins de sport et surtout, peut-être avant tout, les saisonniers venus dire, chanter et même crier "On veut travailler !"

Mais ce n’était pas les seules revendications de ce samedi matin : les bars et restaurants étaient évidemment présents pour dire combien ils ne comprennent pas, alors que les commerces rouvrent, qu’on les contraigne à laisser leur porte close dans l’une des périodes les plus importantes de l’année.

Une manifestation décidément à messages multiples puisque se sont joints aussi des manifestants dénonçant les violences policières et les affaires récentes, créant au bout du compte des petits groupes où chacun cherchait à faire entendre son propre message.

Et s' il y a bien un point commun à ces messages, c’est la dénonciation de "l’absurdisme", en particulier celui qui vise à annoncer l’ouverture des stations de ski, mais sans ski !
A quelques heures de la nouvelle rencontre avec le Premier ministre, à quelques jours d'une initiative encore secrète en milieu de semaine à Paris, les arguments ne manquent pas
Le premier touche aux règles sanitaires et il suffisait d’être sur le marché de Gap ce samedi matin pour voir la contradiction entre un marché très fréquenté avec des queues immenses devant tous les étals, et la perspective de stations fermées où on sera loin de retrouver cette situation au départ des remontées mécaniques
La sécurité ensuite, les moniteurs comme les maires inquiets à l'idée d’imaginer des vacances de Noël à la montagne très fréquentées mais sans services de sécurité pour secourir ceux qui ne manqueront pas d’aller goûter la poudreuse, que ce soit en ski ou un raquettes. 

On rejoint Jean-Marc Passeron sur place devant la préfecture des Hautes-Alpes où s’est terminée la manifestation avec des saisonniers qui, vous allez entendre, ne demande qu’une chose : travailler !

Ski you Soon
Hautes-Alpes
Gap