Serre Che

Hautes-Alpes : le procureur de la République met en garde les organisateurs de fêtes clandestines

Le procureur de la République de Gap Florent Crouhy met en garde les organisateurs de fêtes clandestines. Si plusieurs exemples ont été observés dans l'Hexagone ces derniers jours, Florent Crouhy avertit les probables organisateurs de ce genre d'événements dans les hautes-Alpes : ils seront susceptibles de faire l'objet d'une enquête pénale pour le délit de mise en danger délibérée, et pourront être placés en garde à vue si les forces de l'ordre doivent intervenir.

De même, les participants seront verbalisés à hauteur de 135 euros pour non-respect du couvre-feu.

Enfin, le procureur annonce déjà des contrôles renforcés dans la soirée du 31 décembre, soumise aux règles du couvre-feu dès 20 heures.

 

Communiqué :

Alors que notre pays reste durement touché par l'épidémie de la COVID-19, plusieurs fêtes clandestines ont été constatées dans plusieurs villes de France, comme Paris, Marseille ou Strasbourg.

Le département des Hautes-Alpes n'est pas épargné par la crise sanitaire.

Le procureur de la République de Gap tient d'abord à rappeler que le non-respect du couvre-feu est susceptible de faire l'objet d'une verbalisation avec une amende forfaitaire de 135 euros et que les forces de sécurité intérieure de la police et de la gendarmerie sont actuellement mobilisées pour procéder à des contrôles après 20 heures. Ces contrôles seront renforcés dans la soirée du 31 décembre.

Le procureur de la République annonce ensuite que les personnes organisatrices de rassemblements festifs hors couvre-feu et mesures barrières seront susceptibles de faire l'objet d'une enquête pénale pour le délit de mise en danger délibérée et d'être placées en garde à vue si l'intervention de la police et de la gendarmerie est requise pour des soirées importantes hors cadre familial et amical restreints.

avertissement
Hautes-Alpes