Serre Che

Hautes-Alpes : fin du projet d'approvisionnement en eau de la ville de Gap par la nappe des Choulières, l'opposition s'insurge

Le projet d'approvisionnement en eau de la ville de Gap par la nappe des Choulières continue, même 8 ans après son lancement, à poser problème. En tous cas, c'est ce que dénonce le groupe Gap autrement dans un communiqué ce jeudi, à l'issue du dernier conseil municipal. Après l'annonce par Roger Didier, le maire, de la fin de ce projet, en précisant que cette source "n'était plus qu'une solution d'appoint", le groupe d'opposition signale que cette décision est contraire à ce qui avait été annonce lors de la précédente mandature. L'opposition met en avant également le fait que, déjà à l'époque, ils avaient signalé les problématiques liées à ce projet qui ressurgissent aujourd'hui. Ils dénoncent finalement un constant selon eu sans appel : "des années et des moyens perdus sans aucune vision pour l'avenir".

Le communiqué de Gap autrement : 

Hier soir en conseil municipal, le maire de Gap a annoncé la fin du projet d'approvisionnement en eau de notre ville par la nappe des Choulières, en spécifiant que cette source n'était plus qu'une solution d'appoint, contrairement à ce qui avait été annoncé tout au long de la précédente mandature par la ville. Cette décision vient après des années durant lesquelles l'opposition de gauche a régulièrement exprimé ses doutes et son incompréhension sur ce projet, quand le maire tentait de nous convaincre qu'il s'agissait d'une solution pertinente avec une eau de qualité particulière : le temps nous a donné raison ! Nous avions mis en lumière, les années passées, tous les points pour lesquels le projet est aujourd'hui remis en question. Le seul constat qui s'impose : des années et des moyens perdus sans aucune vision pour l'avenir.

Depuis longtemps, nous insistons sur le besoin de sécuriser et diversifier les sources d'alimentation en eau de la ville de Gap. Nous avons déjà frôlé le risque de pénurie en 2017. Nous avons également alerté sur le risque de perdre la maîtrise de notre alimentation en eau en confiant la gestion à Véolia et nous avons toujours dénoncé les relations délétères et irresponsables que la ville a entretenu avec le canal de Gap... Il est temps qu'un vrai plan de sécurisation de l'approvisionnement en eau soit mis en oeuvre dans notre ville. Cela passe par une création d'une régie publique de l'eau.

Article précédent (avril 2013) : 

Hautes-Alpes : Accord de principe signé entre la capitale Douce, le Canal de Gap et le Sienad, syndicat champsaurin, concernant l'eau et l'utilisation de la nappe des Chouillère. Gap qui souhaite s'alimenter en eau potable via cette nappe. Les discoussions techniques vont désormais se poursuivre et Gap pourrait rejoindre le Sienad dans les mois qui viennent.

Hautes-Alpes
Gap
champsaur