Serre Che

Hautes-Alpes : La procédure de dissolution de "Génération identitaire" lancée par le ministère de l'intérieur

La procédure de dissolution du groupe "Génération Identitaire" a été engagée ce samedi soir par le ministère de l'intérieur. C'est ce qu'a annoncé Gérald Darmanin ce samedi soir sur le réseau social Twitter. L'organisation dispose de 10 jours pour répondre au contradictoire a rappelé le ministre. La menace de dissolution avait été brandi par le gouvernement ce 26 janvier après que le groupe ait mené une opération anti-migrants dans les Pyrennées, de la même nature que celle qui avait été entreprise au col de l'Echelle dans le Briançonnais en 2018. Parrallèlement, une enquête pour provocation à la haine raciale a été ouverte suite à l'action du groupe à la frontière franco-espagnole. 

Notez qu'en décembre dernier, Clément Gandelin, Romain Espino et Damien Lefèvre avaient été relaxés par la cour d'appel de Grenoble. Les militants avaient été condamnés à 6 mois de prison ferme par le tribunal de Gap en 2019 pour "activités exercées dans des conditions de nature à créer dans l'esprit du public une confusion avec l'exercice d'une fonction publique". Ils étaient poursuivis après des opérations menées à la frontière franco-italienne, au col de l'Echelle, en 2018.

Article précedent :

Les militants de Génération Identitaire qui avaient fait le "buzz" à la frontière Frano-Italienne à Montgenèvre et Névache ont été relaxés ce jour de toute poursuite par la cour d'appel de Grenoble.

Clément Gandelin, Romain Espino et Damien Lefèvre (dit Damien Rieu)  avaient été condamnés à 6 mois de prison ferme en août 2019 par le tribunal de Gap, pour "activités exercées dans des conditions de nature à créer dans l'esprit du public une confusion avec l'exercice d'une fonction publique".  

Ils avaient participé au blocage de la frontière franco-italienne au col de l'Échelle et empêché le passage de migrants entre le 22 avril et le 29 juin 2018 dans les Hautes-Alpes. Des patrouilles anti-migrants avaient également été organisées avec d'autres membres de l'association pour surveiller leur passage à la frontière franco-italienne du Briançonnais. Ils avaient  été condamnés, à l'époque, à 2000 € d'amende et privation des droits civils, civiques et familiaux pendant cinq ans. Le groupe Génération Identitaire devait s'acquitter d'une amende de 75 000 euros.

La cour d'appel de Grenoble a estimé que les éléments constitutifs de l'infraction 'étaient pas caractérisés, retenant "une action à visée médiatique et annoncée comme telle".

 

Ci joint : le communiqué

 

Dissolution
génération identitaire
Hautes-Alpes