Serre Che

Hautes-Alpes : "Le nombre de passage à la frontière a significativement baissé en 2020" Jérôme Boni, directeur interdépartemental de la PAF

Ce mercredi 17 février, la préfète des Hautes-Alpes Martine Clavel a tenu une conférence de presse avec Jérôme Boni, directeur interdépartemental de la Police aux frontières et Cédric Verline, secrétaire général de la préfecture. Les représentants des services de l'Etat souhaitaient répondre aux critiques qui sont faites sur l'action des fonctionnaires de police et des militaires dans le cadre des contrôles aux frontières et des procédures de "non-admissions". Selon Jérôme Boni, l'action de la police aux frontières, dit la PAF, à la frontière franco-italienne, se fait dans le respect le plus strict du droit français et européen. Il a rappelé avec la préfète que les demandes d'asile sont à effectuer dans le pays européen d'arriver, soit l'Italie. De nombreuses critiques venant des associations comme Médecins du Monde ou Tous Migrants et de certains hommes politiques comme l'eurodéputé Damien Carême  accusent les agents de la Police aux frontières de ne pas respecter le droit d'asile pour des étrangers arrivés sur le territoire français.

Article Précédent :

Comme chaque week-end et la plupart du temps, en toute discrétion, les associations d’aide aux migrants veillent à éviter le pire à la frontière franco italienne entre Clavière et Montgenèvre. Mais ce samedi il se voulait plus médiatique au regard de la présence de Damien Carême, Eurodéputé Europe Écologie les Verts, et de Philippe de Botton, Président de Médecins du Monde. Leur but était de dénoncer ce qu’ils appellent l’abus de droit des autorités françaises qui, en refoulant les demandeurs d’asile en Italie, leur font prendre des risques inconsidérés. Alors comme l’association tous migrants qui engage chaque nuit des maraudes pour éviter les drames. Et les drames ne sont jamais très loin à l’image de ce qui s’est passé ce vendredi. Une famille non admise en France comme disent les autorités et donc renvoyée en Italie avec une maman enceinte de huit mois et demi, évacuée à l’hôpital où celle-ci va donner naissance à son enfant quelques heures plus tard, comme l'a expliqué Agnès Antoine de Tous Migrants à Jean-Marc Passeron, à côté du poste frontière ou en raison de la lombarde un froid glacial recouvrait la frontière, le même que doivent affronter les exilés chaque nuit dans le Briançonnais.

Alors dans ce froid extrême, nous avons rencontré Philippe de Botton, président de Médecins du Monde, et Damien Carême, eurodéputé EELV. Ils ne comprennent pas comment la France peut tolérer ce qu’ils appellent un déni de droit et comment on peut accepter le principe même de laisser des gens risquer leur vie chaque nuit. Ce n’est pas acceptable et cela doit parler à chacun d’entre nous au lieu de continuer à fermer les yeux.

D!CI TV : Damien Carême député EELV et Philippe de Botton président MSF frontière franco-italienne Montgenèvre from ALTO Dici Radio on Vimeo.

 

Effet COVID
Hautes-Alpes
Montgenevre
Italie