Serre Che

Covid-19 : Les Hautes-Alpes et les Alpes de Haute-Provence épargnées, à ce stade, par les menaces de confinement le week-end

Vers des confinements le week-end à partir du 6 mars dans le Var et les Bouches du Rhône et dans une vingtaine de départements, c'est en substance l'annonce principale du 1er ministre ce jeudi soir. Jean Castex a annoncé que 20 départements en effet étaient susceptibles de faire l'objet de mesures supplémentaires,après une concertation qui va avoir lieu dans les jours qui viennent. Les Hautes-alpes et les Alpes deHhaute-Provence sont, à ce stade, épargnées par ces menace de nouvelles mesures restrictives.

Les Hautes-Alpes et les Alpes de Haute-Provence sont pour autant toujours en rouge mais avec des taux d'incidence bien en retrait par rapport à une dizaine d'autres départements.
Reste, et c'est la crainte de certains, que beaucoup d'habitants des Alpes Maritimes, du Var et des Bouches du Rhône sont actuellement en vacances chez nous...

 

"Il apparaît aujourd'hui que la situation épidémiologique et hospitalière dans d'autres agglomérations ou départements suscite une vigilance maximale, car ces territoires cumulent des indicateurs défavorables : un niveau d’incidence élevé, autour de 250 cas pour 100 000 habitants, une part de variant cinq fois supérieur à 50%, une pression hospitalière proche du seuil critique et, enfin, une circulation virale qui commence à s'accélérer sérieusement", indique le Premier ministre Jean Castex.

"Ces départements sont au nombre de 20. Ils concernent toute l'Île-de-France, une grande partie des Hauts-de- France et de Provence Alpes-Côte-d'Azur, mais aussi les départements du Rhône et de la Drôme, de la Moselle et de la Meurthe-et-Moselle, et enfin l'Eure-et-Loire", détaille-t-il. "Nous plaçons donc ces départements en surveillance renforcée."

 

Parmi ces déclarations

"J'entends également certains appeler à un confinement dur et immédiat dans l'espoir de nous débarrasser une bonne fois pour toutes du virus. Quatre semaines et puis on est débarrassé", déclare le Premier ministre Jean Castex. "Malheureusement, notamment en raison de la propagation des variants, c’est loin d'être aussi simple. Voyez d’ailleurs que les confinements très durs auxquels ont procédé certains de nos voisins ne leur ont pas permis d’atteindre l'objectif 'zéro Covid'". 

 

"Un confinement peut être nécessaire, mais il n’est jamais anodin", poursuit-il. "Le confinement est ainsi un levier auquel nous devons recourir, quand on ne peut pas faire autrement. Il faut le faire à bon escient, au bon moment et dans la bonne mesure. Il faut tout faire pour le retarder pour laisser à la vaccination le temps de produire des effets."

 

"Avec le président de la République, nous avons souhaité, le mois dernier, nous donner tous les moyens d'éviter un nouveau confinement que nous avions envisagé fin janvier sur la base de projections qui nous prédisaient une dégradation rapide et brutale de la situation. Cette décision s'est avérée la bonne ; elle nous a permis de gagner du temps", estime le Premier ministre Jean Castex.

 

"Or ce temps est précieux, car chaque jour, nous avons un peu plus de personnes vaccinées. Et pendant ce temps, notre activité économique ne s’est pas effondrée, nos commerces ont pu rester ouverts, nos enfants ont pu aller à l'école dans les zones bien sûr qui n'étaient pas en vacances", ajoute-t-il. "Grâce aux efforts de tous, nous avons, pendant plusieurs semaines, réussi à stabiliser l'épidémie. C'est une réussite collective que je veux saluer."

 
surcis