OT Orcières

Passeron-passeron pas ? Et si nous relancions une candidature pour les Jeux Olympiques de 2038 ?

Le vendredi 10 janvier, à la tribune de la 135ème Session du CIO, le président de la Commission de Futur Hôte des Jeux d’hiver, a brièvement exposé les forces en présence pour des Jeux Olympiques compris entre 2030 et 2038.

Échaudé par le faible nombre de candidatures aux Jeux d'hiver, le CIO a revu sa copie et modifié le processus de candidature des villes hôtes avec bien plus de concertations très en amont.

Comme un signe – volontaire ou non – ladite présentation a été produite dans un ordre qui peut amener à penser que les choix à venir seront actés selon l’enchaînement suivant : Sapporo (Japon) d’abord en 2030 puis Salt Lake City (États-Unis) en 2034, et enfin Barcelone-Pyrénées (Espagne) en 2038. Mais à ce jour rien n'est tranché sauf évidemment pour Pékin en 2022 et Milan/Cortina d'Ampezzo en 2026.

Plus d'info ICI

Et s'il s'agissait d'une opportunité pour que les Alpes du Sud et la France présentent une candidature bien dans l'air du temps, adaptée aux enjeux de notre planète, sincèrement environnementale et économe ?

Et si ce type de candidature pouvait être une des réponses pour l'avenir de nos territoires en terme d'infrastructures notamment ferroviaires ?

Et si ce type de Jeux Olympiques de nouvelle génération pouvait constituer une formidable promotion pour notre territoire d’exception et pour le plus grand bénéfice de l'image de la France et dans la droite ligne de l'accord de Paris.

Alors, 15 ans après l'aventure de Gap et Pelvoux 2018, qui ont très probablement eu raison trop tôt, 3 ans avant les J.O. de Paris et à 17 ans du rendez-vous éventuel de 2038 , Jean-Marc Passeron, qui s'était énormément investit à l'époque dans ce dossier relance l'idée... comme un ballon d'essai.

Retour sur l'aventure Gap-Pelvoux-Ecrins 2018 

Ballon d'essai