HOME_PAGE_EYRIER_MAI_2017.jpg

Passeron-passeron pas ? 206 ans après le passage de l’Empereur, comment mieux valoriser la route Napoléon ?

Alors qu’approche le 200° anniversaire de la mort de Napoléon, le 14 avril prochain, les Français semblent assez embarrassés ou partagés sur l’homme qui leur offrit l’Europe. Grand souvenir historique ou encombrant héritage, la question se pose à l'occasion de ce bicentenaire avec une puissante campagne d’opinion qui tend à refuser toute commémoration, la question de l’esclavage étant devenue, ces dernières années, centrale dans la mémoire nationale. Or, on n’oublie pas que l’empereur l’a rétabli aux Antilles, en 1802. Mais l’ambivalence des Français envers Napoléon a aussi d’autres causes.

En tout cas chez nous le nom Napoléon représente avant tout un atout touristique avec la route qui porte son nom entre Antibes et la Mure en passant par Gap où il passa la nuit du 5 au 6 mars 1815, il y a 206 ans ; un atout touristique qui pourrait être encore plus mis en valeur, Jean-marc Passeron ?

En route !